Journée internationale de la femme : L’événement célébré avec faste au Mali

Sangaré Oumou Bah ministre Promotion Femme Enfant Famille

 

En collaboration avec l’ONU FEMMES, le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a célébré au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba, la journée internationale des femmes. Cette 22ème édition a été commémorée sous le thème national « Egalité, genre et autonomisation des femmes » et le thème international pour cette année est : « 50+50 d’ici 2030 : Franchissons le pas pour l’égalité des sexes. Placée sous la haute présidence du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita, cette journée a enregistrée la présence des membres du gouvernement, les présidents des institutions, les représentants diplomatiques, les représentants des institutions internationales et plusieurs leaders des organisations des femmes.

Après avoir souhaité la bienvenue aux différents invités, le maire de la commune V, Boubacar Bah a évoqué les initiatives mise en place par les collectivités pour l’amélioration des conditions des femmes du Mali. En ce sens, il dira que les collectivités se sont engagées à créer des conditions pour l’autonomisation des femmes. Hormis ses engagements, il a souligné que l’Etat a apporté un soutient permanent pour améliorer les conditions des femmes.

Pour la présidente de la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali (CAFO), Mme Oumou Touré, cette journée célèbre certes la femme, mais il s’agit avant tout de prendre  le temps pour dresser le bilan, voir quelles sont les avancées significatives concernant les conditions des femmes dans le monde entier de façon générale et particulièrement celles du Mali.  Elle a remercié l’assemblée nationale pour son travail acharné notamment l’adoption de la loi portant sur le quota. Ensuite, elle a souligné que l’égalité entre les femmes et les hommes est une exigence démocratique. Selon la Présidente de la CAFO, la vraie solution de mobiliser est de mener une réflexion murie pas seulement les femmes mais l’ensemble des acteurs de la société pour l’autonomisation des femmes. Plus loin, elle dira que les femmes s’engagent pour la paix et la réconciliation au Mali.

Par ailleurs, le Représentant Résident de l’ONU FEMMES, Dr. Maxime Houinato a déclaré que cette journée célèbre la femme, les actes de courage et détermination accomplis par les femmes ordinaires qui ont toujours su jouer un rôle extraordinaire dans l’histoire des nations. Plus loin, il a fait savoir que c’est aussi une occasion de dresser le bilan des progrès réalisés et d’appeler à des changements. Concernant le thème national de cette édition, il a expliqué que les autorités maliennes leurs rappellent combien l’autonomisation de la femme est central à l’atteinte d’une société égalitaire. Aux dire du Représentant Résident : « Un Mali 50=50 d’ici 2030 est donc bien possible, nous avons déjà franchi les premiers pas, maintenant il nous faudrait seulement accélérer et passer à la vitesse supérieure.

Le Représentant spécial et chef de la  Minusma, Mahamat Saleh Annadif est revenu sur les situations difficiles dont sont confrontés les femmes à savoir : la mortalité maternelle, les violences faites aux femmes etc. Aux dires du Représentant, la seule solution à ces difficultés c’est de donner des moyens aux femmes. Il a salué la bravoure et le courage des femmes maliennes pour la recherche de la paix. Tout en ajoutant que la loi sur le quota est une avancée appréciable. De ce fait, il s’est engagé à ce que les règles de conduites et disciplines soient respectées pour mettre un terme à la violence faite aux femmes.

Après avoir  survolé l’historique de cette journée, le ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Sangaré Oumou Ba a expliqué qu’il est indéniable qu’une croissance économique soutenue, inclusive et durable, dépend inévitablement de la suppression des obstacles à l’autonomisation des femmes et de leurs filles. Ainsi, le ministre a précisé qu’il ne s’agit pas d’avoir des solutions miracles pour vaincre le fléau, mais la mise en place de politiques judicieuses par les pouvoirs publics, l’adoption d’une approche globale et un engagement de longue haleine de la part de tous les acteurs du développement.

Rappelons que lors de cette journée le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a reçu des chèques de plus 58 millions de FCFA de la part du représentant de la CEDEAO et 1 milliards de FCFA de la part de l’Etat malien.

Ousmane Baba Dramé

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *