Journée du 8 mars : 5 leçons tirées du livre « Femmes noires, femmes de pouvoir »

A l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous avons lu pour vous le livre Femmes noires, femmes de pouvoir/Les secrets de réussites phénoménales au travail et dans la vie d’Avis A. Jones-DeWeever.

Dans ce livre, publié en 2016 et traduit en français en 2017, l’écrivaine afro-américaine Avis Jones-DeWeever partage les « secrets » qui devraient permettre aux femmes noires de s’épanouir dans leur vie professionnelle et personnelle. Le livre est tiré des interviews que l’auteure a réalisé avec les femmes noires qui ont réussi, qui dirigent de grandes entreprises et des organisations de la société civile, dans une société américaine dominée par les hommes blancs. Même si le livre est avant tout destiné aux femmes noires américaines, les leçons que ces « femmes de pouvoir » partagent peuvent être utiles aux femmes africaines et même aux hommes. Nous avons dégagé les cinq principales leçons que ce livre donne aux femmes pour réussir.

1. Les femmes peuvent tout avoir

On dit souvent aux femmes qu’elles ne peuvent pas tout avoir, et qu’elles doivent choisir entre la vie professionnelle et la vie de famille. Les femmes qui réussissent  refusent de choisir et décident de réussir sur les deux plans. Pour y arriver, les filles et les femmes doivent bien choisir leurs compagnons ou leurs maris. C’est ce que recommande Michele McNeal, présidente nationale de l’ONG 100 Black Women of America, citée dans le livre : « Je sais que c’est difficile pour les jeunes femmes. Mais trouver une partenaire est difficile aussi pour les jeunes hommes. Je n’arrête pas de leur dire : ne te précipite pas, mais cherche les bons critères. Pas un millionnaire, pas quelqu’un qui a une voiture tape-à-l’œil. Vois comment il traite sa famille. Quelqu’un qui n’est pas égoïste… Observe attentivement et cesse de chercher ce qui brille, car ce qui brille se ternira avec les années. » Ce sont ces hommes qui ne sont pas égoïstes qui soutiennent et encouragent leurs femmes à aller de l’avant et à réussir dans leurs projets.

2. Les femmes doivent faire le premier pas

Les femmes ont souvent peur de faire le premier pas en amour et attendent que les hommes les trouvent. Mais pour trouver les hommes dignes d’elles, les femmes doivent sortir de chez elles et aller chercher les hommes là où il y a plus de chances de les trouver. Ceci ne signifie pas qu’elles doivent forcément aller dans les bars et les boites de nuit. Elles peuvent aller dans les clubs de sport ou les clubs littéraires et ne pas avoir peur d’aborder les hommes qu’elles pensent être susceptibles d’être de bons maris et pères de familles.

3 Les femmes doivent chercher à diriger

Pour Avis Jones-DeWeever, les femmes noires sont des « leaders nées ». « Nous sommes la colonne vertébrale de nos communautés, un pilier essentiel de nos foyers et, depuis longtemps, à bien des égards, le lubrifiant du moteur de changement qui transforme les pays, écrit-elle. Pourtant, trop souvent, nos forces et nos capacités de leadership sont méconnues, prématurément cantonnées ou activement étouffés. Nous sommes d’ordinaire absentes des lieux de pouvoir officiels, alors que nous sommes clairement agissantes. » Après ce diagnostic amer, l’auteure propose aux femmes de ne plus se contenter de rôles subalternes, mais de réclamer leur place au sommet.

4. Les femmes doivent apprendre à penser différemment

Pour réaliser de grandes ambitions, les femmes doivent penser comme des leaders. « Les leaders pensent différemment. Ils croient plus grand. Ils essaient plus fort. Et ils voient des opportunités là où les autres ne voient que difficulté, échec ou défaite », écrit-elle. Elle ajoute que les femmes doivent surtout vaincre la peur. Les femmes ont souvent peur de ce que leur entourage pensera ou dira de leurs projets, et c’est souvent cette peur qui les empêche de réaliser leurs rêves.

5. Les femmes doivent avoir confiance en elles-mêmes

Les femmes sont souvent habituées aux discours et comportements sexistes, qui leur disent qu’elles sont incapables de réaliser de grandes choses. Elles finissent par croire à ce discours et à perdre confiance en elles-mêmes. « La confiance, c’est savoir que tout ce dont vous avez besoin est accessible. C’est savoir que vous avez tout ce qu’il vous faut telle que vous avez été créée», dit LaFern Batie, entrepreneuse et ancienne cadre dirigeante d’entreprise citée dans le livre. C’est grâce à cette confiance que les femmes gagneront le combat pour leur émancipation.

Source: Benbere

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *