Isak Gate: le sit-in des femmes s’ecrétaires

L’association des secrétaires et attachés de direction (ASAD) a tenu, hier jeudi, un sit-in devant l’Assemblée nationale pour soutenir leur consœur, Mme Konaté Djénéba Coulibaly, citée par notre confrère du journal « Le figaro du Mali » dans l’affaire adultère de l’hémicycle. L’association jugeant les allégations du journal de calomnie envisage, dans les jours à venir, de porter plainte contre l’auteur de l’article de presse.

manifestation marche soutien femme koulikoro

Ces femmes ont occupé la devanture de l’Assemblée nationale pendant plus de 2 heures en vue de manifester leur soutien à leur camarade Mme KONATE et au président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE, et d’inviter l’Etat à assumer sa responsabilité dans la régulation du secteur de la communication et de l’information dans notre pays.

Mobilisation contre un affront aux femmes
Elles avaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Je suis secrétaire, j’en suis fier » ; « Je suis Djénéba, je suis Issiaka », « Ta liberté s’arrête là où commence celle des autres », « Oui au civisme », « Secrétaire notre métier noble, je suis Djénéba », entre autres. Elles scandaient également : « Abas, le journalisme terroriste », « Abas la calomnie », « Abas le mensonge dans la presse », « Vive la presse libre et professionnelle », etc.
Selon la présidente nationale de l’association, Mme BOUCOUM Salimata OUATTARA, elles ont voulu cette manifestation pour laver l’affront fait aux secrétaires et aux femmes du Mali tout entier par l’article de presse du journal le ‘’Figaro du Mali’’. Pour elle, ce qui est écrit dans le journal, en question, en plus d’être une insulte, est une offense à l’honneur et à la dignité du secrétaire Mme Konate Djénéba Coulibaly et à celui du président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE.
À travers ce dernier, c’est toute l’image du Mali qui est mis en mal parce qu’il est la 2e personnalité du pays. De telle pratique, a-t-elle indiqué, devrait cesser dans notre pays, parce que contraire à nos valeurs. En effet, elle pense que même si nous sommes dans un État de démocratie, celle-ci devait se conformer à nos valeurs sociétales. Très étonnée de ce qui est arrivé, elle dit ne pas comprendre que pour des raisons personnelles et politiques, l’on donne l’honneur et la dignité des personnes aux chiens.
Pour la présidente de l’association, cette situation est patente d’une dérive de la liberté de presse contre laquelle elle pense que l’Etat doit s’assumer en prenant toutes ses responsabilités. En tous cas, pour sa part, elle a fait savoir que leur association s’est réunie et a décidé de porter plainte contre le journaliste pour diffamation, et atteinte à l’honneur et la dignité de leur corporation.

La solidarité de la corporation
Après plusieurs heures de manifestations, les frondeurs ont été rejoints par le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Moussa TIMBINE, en présence duquel la présidente de l’association a fait la lecture de leur motion de soutien.
Dans ce document de soutien, les secrétaires portent un jugement très négatif sur le travail de notre confrère qui, selon eux, est « spécialiste de l’imagination stérile ». De même, elles soupçonnent des lobbies derrière cet article par des personnes qui veulent porter le discrédit sur les hautes autorités de notre pays.
« Ces personnes, qui s’attaquent de façon brutale et machiavélique à nos valeurs sociétales, à nos institutions et donc aux fondements de la république doivent être considérées comme porteuses de périls plus dangereux que le sida et l’Ebola. Leur jeu sordide et nauséabonde n’a que trop duré, il vise à déstructurer notre société, à couper les liens entre les citoyens et leurs dirigeants pour faire place au règne du vide et de la terreur. C’est pourquoi cette fois-ci, les Maliens doivent ouvrir les yeux pour chercher et traquer ces calomniateurs d’une nouvelle race », accusent-elles dans leur document.
Aussi, ont-elles exprimé leur soutien au président de l’Assemblée nationale avant de réitérer leur solidarité et leur disponibilité pour toute action allant dans le sens de la recherche de la vérité afin que la vérité triomphe et que justice soit rendue.

Une action en judiciaire enclenchée
Après la lecture de la motion de soutien par la présidente de l’association, le document a été remis à l’honorable Moussa TIMBINE qui a dit avoir pris bonne note de son contenu. Aussi, a-t-il salué et félicité l’élan de soutien qui s’est manifesté en faveur du président Issiaka SIDIBE et à l’Assemblée nationale.
Par ailleurs, il a déploré que cette situation ne soit pas honorable pour notre pays. Pour lui, c’est la fierté nationale qui a été salie en ce sens que le discrédit a été porté à ceux qui sont censés agir au nom du pays.
« Nous jurons sur l’honneur que ce genre d’acte ne s’est jamais posé à l’Assemblée nationale, depuis que nous sommes députés. Nous sommes des musulmans et si nous ne le disons pas aujourd’hui, demain Dieu va nous demander », a-t-il juré avant de confirmer que la dame qui est accusée par le ‘’Figaro du Mali’’ est d’une ‘’rare exemplarité’’.
Toutefois, a-t-il indiqué, l’Assemblée nationale a pris toutes les dispositions utiles et nécessaires pour que réellement la vérité soit établie. À cet effet, il a confirmé que l’Institution a porté plainte devant les tribunaux contre l’auteur de l’article et ses complices en vue de leur mise en accusation pour diffamation.

Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ORTM en direct