Industrialisation et protection de la production nationale : La problématique au centre d’un panel

Dans le cadre de la 7ème édition de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique, un panel de discussion a réuni le samedi 1er décembre les différents acteurs concernés. Les échanges ont porté sur la situation du Mali dans le domaine de l’industrialisation.

C’était sous la présidence de Mme Safia Bolly, ministre de la Transparence publique et de la Réforme de l’Etat, représentant le Premier ministre, en présence du ministre du Développement industriel et de la Promotion des investissements, Moulaye Ahmed Boubacar, du président de l’Organisation patronale des industriels Ciryl Achcar, de la représentante de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), Mme Traoré Haby Sow et de plusieurs participants.

Pendant plus de deux heures, les panelistes ont exposé et débattu des thèmes suivants : « La protection des produits  fabriqués localement au Mali face aux produits importés et la lutte contre la concurrence déloyale, les recettes et stratégies économiques », « Comment protéger le Made in Mali, les opportunités d’investissement dans la transformation des matières premières locales, quel accompagnement de l’API », « L’industrie locale face à la disponibilité et au coût des facteurs de production », « Le système de normalisation et de certification au Mali, mode d’emploi, la stratégie nationale en faveur du Made in Mali », « Les réformes économiques et fiscales en cours, les enjeux nationaux face aux enjeux des marchés communs », « Le contrôle des engagements des pouvoirs publics » ; « niveau d’exécution du livre blanc »  et « Quels partenariats publics et privés des PTF en faveur de l’accélération du développement industriel au Mali ?».

Au cours de son exposé sur « la recette ou la stratégie économique, avec le slogan comment protéger le Made in Mali », le représentant de la douane, Mamadou Bouaré, a fait savoir que les recettes douanières contribuent au financement du budget de l’Etat d’une part et d’autre part au développement économique d’un pays.

S’agissant  de la stratégie de protection des industries maliennes, M. Bouaré a affirmé que la protection de la production nationale demeure une mission classique de l’administration. « Toujours fidèle à sa vocation de soutien à la compétitivité économique des entreprises, le service des douanes du Mali a mis en place une stratégie nationale de protection qui s’articule autour des points tels que le partenariat, le dispositif de lutte contre la fraude et la mise en œuvre des avantages fiscaux des entrepôts industriels », a-t-il souligné. Imposer le consommer malien passe obligatoirement par l’amélioration de la qualité des produits, une orientation vers le produit à haute valeur ajoutée, la réduction du coût de production et un renforcement des capacités des acteurs.

Bintou Diarra

 

Source: lechallenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *