Incendie au Marché Rose : Le bâtiment principal complètement calciné, des dégâts évalués à plusieurs milliards de FCFA

C’est aux environs de minuit, dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 mars 2014,  que le Marché Rose, situé en plein cœur de Bamako, a pris feu. Les dégâts sont estimés à plusieurs milliards de francs CFA. Seule la prompte réaction de la protection civile, de l’ASECNA, des forces de sécurité et de la Somagep a permis de contenir l’incendie dans le bâtiment principal du marché. 

 

 incendie village maisons brûle feu
En effet, c’est aux environs de 23 heures 48 mn que la Brigade des sapeurs pompiers de Dravela a été alertée que le Marché Rose venait de prendre feu. Cette alerte fut immédiatement relayée à la Brigade de Sogoniko et à toutes les forces chargées de la sécurité de notre capitale.

 

 

 

En un court laps de temps, les premiers éléments de la Protection civile, se pointèrent au Grand marché pour faire face à un premier obstacle. Les quatre voies qui devraient normalement mener au Marché Rose étaient complètement occupées. Il a donc fallu l’intervention des blindés de la Gendarmerie pour casser et dégager les voies en question.

 

 

 

Au moment où les sapeurs arrivèrent enfin à proximité du bâtiment en feu, l’incendie avait déjà doublé d’intensité. Autre obstacle majeur à surmonter, au Marché Rose, il y a pourtant normalement trois poteaux d’incendie et six robinets d’incendies armés, mais, malheureusement, aucun n’était fonctionnel. Aussi, les engins de la Protection civile furent obligés d’aller s’approvisionner en eau au centre de Dravéla, jusqu’au moment où la SOMAGEP est venue ouvrir un poteau d’incendie au niveau du Trésor.

A cause de l’ampleur prise par l’incendie, toutes les brigades de la Protection civile, appuyées par les soldats du feu de l’ASECNA, se mirent en ordre de bataille. Il fallait faire vite, pour éviter que les flemmes n’embrasent tout le marché. Ainsi, l’ASECNA au nord du bâtiment et la PC au sud et à l’est réussirent dans un premier temps à contenir l’incendie dans le bâtiment principal du marché.

 

 

 

Ayant réussi avec succès cette première phase de l’opération, les soldats du feu s’attaquèrent au cœur de l’incendie, une bataille qui durera jusqu’au lendemain. Il ne restait plus rien à l’intérieur et aux abords du bâtiment principal. L’incendie étant désormais circonscrit, la PC a laissé sur place une équipe de surveillance et mit un engin en stand by.

 

 

Il est à noter que l’opération s’est déroulée sous la coordination du ministre de la Sécurité, Sada Samaké, en présence du Maire du District et de tous les Directeurs des services concernés. Puis ce fut le passage du Premier ministre, accompagné de quelques membres du gouvernement. Enfin, signalons aussi le passage très remarque de l’Honorable Oumar Mariko sur les lieux.

 

 

 

Pour le moment les causes de cet énième incendie de marché ne sont pas encore déterminées. Une commission d’enquête a déjà été mise en place, pour évaluer les pertes et dégâts. Il est à noter qu’il n’y a pas longtemps, le «marché des colas» avait pris feu. Ce sont donc des commerçants très remontés contre la mairie du District qui attendent les résultats de l’enquête.

 

 

Mamadou Coulibaly  ne décolère pas«je suis anéanti, je ne sais pas quoi faire. On m’a appelé hier soir qu’il y avait le feu au grand marché. C’est la faute de la mairie du district, car ils ont, de façon anarchique, vendu tous les coins et recoins du marché. Ils ne veulent pas y voir un espace vide, même les voies d’accès pour la Protection civile. Ils ont tous vendu. Ici, c’était réservé au parking, mais ils ont tous vendu. C’est pour cela que  les agents de la protection civile n’ont pas pu pénétrer à temps pour circonscrire le feu».

 

 

La Présidente des femmes du marché et du Collectif des femmes du marché, ajoutera «nous, les femmes du marché, on nous a complètement anéanties, car le marché représente tout pour nous. Nous vivons de ça depuis des années». Une autre commerçante de renchérir «cet incendie n’est pas un simple accident. Il y a juste un jour, nous avons été informées qu’une personne avait rêvé d’un incendie ici au marché». Pour une troisième interlocutrice, l’incendie qui vient de dévaster le Marché Rose est le prolongement du nombre de marchés incendiés depuis un certain temps. «Nous interpellons le Président IBK afin qu’il fasse un geste en direction des victimes de ces incendies».

 

 

Pierre Fo’o Medjo et Amadou Camara

SOURCE: 22 Septembre
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *