IBK-M5-RFP: la réponse du berger à la bergère ?

Le médiateur de la CEDEAO dans la crise que traverse le Mali, Gookluck JONATHAN, souhaite un face à face entre le président IBK et les leaders de la contestation du M5-RFP. Pour le moment, cette proposition est butée à un refus du M5 qui pose des conditions. À travers ce refus, le M5 semble prend alors sa revanche sur IBK qui avait tout simplement renvoyé les leaders du M5-RFP à sa majorité pour toute discussion de sortie de crise, à la suite d’un précédent rendez-vous à Koulouba. En tout cas, les internautes sont très divisés sur cette réaction du M5-RFP. Si pour les uns, les opposants du président IBK sont allés trop loin, d’autres saluent cette décision qui convient mieux à la situation du moment. Car la demande arrive à un moment où le pouvoir offre très peu d’alternatives aux frondeurs, dont les militants sont toujours brutalisés, arrêtés et emprisonnés. Voici votre facebookan du jour !

 

Abdir Walidde : réveillez-vous les Maliens. On voit seulement la CEDEAO et on ne sait jamais poser la question de savoir qui est derrière cette CEDEAO et où elle était, depuis que le Mali est plongé dans cette crise.

Sory Keita : IBK doit arrêter ces plaisantins-là et les mettre en prison.

Amadou Dolo : ces flibustiers verront que les gens ne sont pas des moutons qu’ils mèneront à l’abattoir pour leurs intérêts de poltrons.

Kaly SY Syy : Très bien, il ne faut plus recevoir la CEDEAO. La CEDEAO vient au Mali pour dire qu’il y a des lignes à ne pas franchir. Alors qu’Alassane Ouattarra vient de se présenter pour un 3e mandat en Côte-d’Ivoire.

Fode Saoudien : mais comment est-ce que Choguel peut faire face à IBK. Lui, il a été chassé du gouvernement deux fois.

Souleymane Sagara : le M5 a intérêt à écouter aussi les médiateurs.

Mamadou Bagayoko : on est ministre pour servir le pays, mais pas le Président. Il faut que certains comprennent cela. On peut travailler avec quelqu’un sans se comprendre aussi. Mettons la nation et le peuple malien en priorité.

Assa Sidibe : vive la jeunesse malienne, vive le Mali, vive le M5, longue vie à notre très respecté imam Dicko. La lutte continue inch’Allah, que le Bon Dieu vous protège.
Mahamane Santara : Choguel, Mountaga, Modibo Sidibé, Mahmoud Dicko ne peuvent pas s’assoir devant le président IBK. IBK a tout fait pour eux.

Doumanaba Binke : il y a eu des morts, des blessés graves. Rencontrer IBK serait une trahison et il est capable de vous éliminer en catimini.

Cheickne Coulibaly : cette CEDEAO n’est pas là pour le Mali. Si elle était là pour le Mali, pendant 7 ans nous avons perdu notre souveraineté. Ils sont restés à regarder le Mali à genoux sans rien dire au Président.

Cheickne Coulibaly : moi j’assume ce que je dis. Un pays souverain ne doit jamais recevoir une leçon de cette CEDEAO. Dites-moi pendant ces 60 ans, ces présidents ont comme quoi à montrer a la population si ce n’est d’autoriser le pillage de nos ressources par des occidentaux. Même une allumette, ils ne sont pas capables de fabriquer.
Ils sont au service des Occidentaux.

Khalilou Fofana : c’est bien, continuez, Dieu vous donnera ce que vous voulez. N’écoutez personne, entêtez-vous seulement.
Boko Kokou Louis : la CEDEAO est là juste pour sauver IBK et elle le fera jusqu’au bout. Et c’est la France qui tire les ficelles. Alors, c’est à vous Maliens d’être vigilants.

Maurice Franck Dembele : que les choses se fassent sans eux. Le Mali ne doit pas arrêter d’exister à cause d’une bande de frustrés. Ils ont été aux affaires, on a tous vu ça.
Ibrat Ibrat : il est désormais un chef de l’État de fait, sinon il n’incarne plus ni la République ni la paternité de la nation tout entière qu’il ne protège plus.
Paul Diarra : le Mali n’appartient pas au M5-RFP, que le président forme notre gouvernement et puis c’est tout.
Bela Camara : on se tait quand on n’a rien d’agréable à dire entre le M5 et IBK. Le temps des palabres est révolu.

Hamed Malick Sidibe : Ils ont bien fait à mon avis. Quand on veut la démission, on ne doit pas trop négocier. C’est IBK qui a boycotté les premières rencontres.
Oumar Doucoure : c’est une logique et sage décision.

Keita Cheick Tidiane : Tant pis pour eux et puis c’est leur problème.

Abdrahamane Diarra : c’est la réponse du berger à la bergère.

Dramane Samaké : le dialogue est le moyen de sortir de cette crise.

Abdou Diabate : bien fait, car c’est lui-même qui a refusé en premier.

Mariam Traore : sage décision. À chaque rencontre, c’est le M5 qui sort blessé, dénigré.

Musa Sisoko : donc, ils ont choisi la voie de la violence pour s’emparer du pouvoir. Pour moi, on peut tout régler avec le dialogue, mais hélas.

Seydou Diallo : c’est vraiment dommage. Je pense que, quels qu’en soient les griefs qu’ils portent contre le Président Keita, la logique voudrait qu’ils parlent avec lui.

Djeméné Moussa Dembélé : ce n’est pas bien, car aller parler à l’autre ce qu’on lui reproche à distance est un respect pour soit même et encourage ceux qui vous suivent.

Abdramane Coulibaly : c’est raisonnable de la part du M5 RFP vu le passé. IBK n’a pas été à la hauteur.

Gaoussou Kanoute : ils veulent détruire le pays au profil de leur intérêt. Sinon pourquoi toute cette haine.

Abdoul Aziz Bagayoko LeBluez : s’ils refusent de dialoguer avec IBK, alors qu’ils nous amènent une autre stratégie pour en finir une bonne fois pour toutes. On est fatigué de sortir et rentrer sans résultat.

Ismail Traore : ils n’ont pas refusé de rencontrer IBK. Ils ont refusé le forcing de Jonathan pour les prises de photos.
Pourquoi attendre la dernière minute, après tous ces va et viens, pour improviser un semblant de rencontre. Où est le principe ou l’esprit d’entente pour une bonne médiation ?

Alpha Oumar Toure : mais c’est très bien fait, IBK et son régime sont comme s’ils n’ont pas été à l’école. Sinon, s’ils ont l’amour de ce pays, cette mésentente est très facile à solutionner. Je n’appelle même pas ça une crise par ce que c’est le mauvais entourage de IBK qui a transformé la situation en crise.

Idrissa Sangare : ils ont honte de le regarder en face, car beaucoup parmi eux vivent toujours des avantages accordés par IBK. Comme dit un adage, ‘’même si tu n’as pas honte, ait pitié de toi-même’’.

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *