IBK écourte son voyage de Suisse : «Je rentre pour être aux côtés de mon Peuple dans la douleur »

Le Président Ibrahim Boubacar Kéïta est rentré de Genève après avoir écourté sa visite de travail, suite à la tragédie de Sobane Da. « Je rentre pour être aux côtés de mon Peuple dans la douleur », a-t-il déclaré, le 10 juin 2019, devant les Maliens de Suisse.

Le drame du village Sobane Da, dans la Région de Mopti, s’est invité dans les échanges que le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Ibrahim Boubacar Kéïta, a eu, lundi dernier, après-midi, avec les Représentants des Maliens vivant en Suisse. Comme il fallait s’y attendre, après avoir fait observer une minute de silence, le Président de la République a informé ses compatriotes de la Suisse de sa décision d’écourter sa visite de travail à Genève qui devait prendre fin mercredi après-midi.

« J’ai décidé de rentrer, d’être aux côtés de mon Peuple quand il est dans la douleur, tel que me le recommande le devoir », a déclaré IBK, visiblement très ému. Le Président de la République a souhaité que ce qui s’est passé « soit le chant du cygne ». Aussi a-t-il appelé à la raison : « Que la haine ne l’emporte pas sur la raison et sur l’intelligence ; car, si cette tendance devait continuer, nul n’y gagnerait ». Et le Président de la République de faire comprendre à ses compatriotes que l’équipement des forces armées et de sécurité n’est pas à lui seul suffisant, il faut impérativement la collaboration des populations locales en termes d’informations. « Chaque jour, l’émoi est terrible et le deuil est sans fin. Nous portons le voile depuis trop longtemps maintenant et chacun est interpellé. Nous avons besoin de paix », a insisté IBK.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a rappelé les efforts entrepris pour requalifier les FAMAS dans le cadre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) qui représente 22% du Budget national. Il s’agit des investissements effectués pour la construction des routes et d’infrastructures facilitant le développement du pays, la 3e place occupée par le Mali au sein de l’UEMOA sur le plan des performances économiques. «Tout cela n’est possible que s’il y a la paix », a indiqué IBK.

Le Président de la République a également évoqué l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale issu du processus d’Alger qui n’est pas la panacée mais qui a permis la non-belligérance entre les groupes armés et les FAMAS.

Parlant du Gouvernement de mission de Dr Boubou Cissé, IBK dira : « C’est un Gouvernement d’union nationale parce que le temps n’est pas à la discorde, c’est le temps du Mali. Le climat est apaisé jusque sur le front social qui était incandescent. Même le Centre qui nous fait beaucoup de peine va s’apaiser ». Il a rappelé le dialogue inclusif national « envisagé non pas comme un événement mais comme un processus » au cours duquel la diaspora aura à s’exprimer sur chaque thématique dans un chronogramme bien défini.

Les Ministres de la Justice, du Dialogue Social et de la Jeunesse ont apporté des éclaircissements sur leur domaine des compétences.

Les Représentants de la communauté malienne en Suisse ont, tour à tour, exprimé leurs préoccupations concernant la situation au Centre, la prorogation du mandat des Députés et la Révision constitutionnelle.

Dans sa réponse, le Chef de l’Etat IBK a parlé de la mise en œuvre du Plan intégré de sécurisation des Régions du Centre. Pour ce qui est de la prorogation du mandat des Députés, il a cité les entraves qui avaient empêché la tenue des élections dans les délais, notamment les grèves des Magistrats et des Préfets.

En ce qui concerne la Révision constitutionnelle, le Président de la République dira qu’elle nécessite pour matérialiser les réformes contenues dans l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale, la conformité avec l’UEMOA, entre autres.

Cyril ADOHOUN avec CCRPPR

Source: L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *