Gestion des marchés: un collectif national en gestion

Le bureau exécutif du collectif des acteurs des marchés de Bamako vient de décider pour transformer ce collectif en ‘’national’’. Dans ce contexte, un bureau provisoire procède, depuis quelques jours, à la mise en place des démembrements communaux. Pour comprendre les raisons de cette nouvelle dynamique, nous avons rencontré M. Abdoulaye Cissé, président du bureau exécutif national du collectif des marchés du Mali.

 

Selon M. Abdoulaye Cissé, président national du collectif des acteurs des marchés du Mali, a fait savoir que depuis fort longtemps, les acteurs des marchés du district de Bamako se sont réunis en collectif pour défendre leurs intérêts communs. Dans la lutte, selon M. Cissé, ce collectif trouve que les camarades qui sont dans les régions du Pays sont eux aussi préoccupés par les situations peu confortables au niveau de leurs marchés, alors que son statut ne lui permettait pas de venir en aide à ces derniers. Toute chose qui a conduit à des réflexions ayant abouti à la transformation du collectif du district à un collectif National.
Pour le président national du collectif, ce statut ‘’national’’ permettra au collectif des acteurs des marchés d’élargir la base en prenant en compte les préoccupations des camarades de l’intérieur du pays. Il a informé que le collectif national des acteurs des marchés du Mali a obtenu son récépissé, depuis janvier 2018.
Le président national du collectif des marchés du Mali, M. Cissé a fait savoir que les marchés des 37 communes du cercle de Kati étaient déjà affiliés au collectif, depuis un an. Il a insisté à dire que c’était impératif pour son collectif d’avoir son récépissé en vue de faire face à certains défis. Aussi, au regard du statut national de ce collectif des marchés du Mali, M. Abdoulaye Cissé dira que son mouvement a besoin d’une nouvelle organisation.
Ce qui justifie, ces derniers temps, les mouvements pour la mise en place des bureaux communaux du collectif, depuis quelques semaines, à travers le pays. Ainsi, il a fait savoir que la mise en place de ces bureaux provisoires était en cours, notamment dans les régions de Kayes, Gao, Ségou et Koulikoro.
L’objectif du collectif est de permettre aux marchés d’avoir leur autonomie de gestion de la crise dans leur localité, a affirmé M. Cissé. Le président national du collectif des marchés du Mali a informé qu’après avoir terminé la mise en place de ces bureaux, le collectif décide d’organiser son congrès dans les jours à venir.
De l’avis de M. Cissé, ce collectif est une organisation différente d’un parti politique où personne ne s’éternisera à la tête.
« Le choix est à la base (les acteurs des marchés concernés) et personne ne s’éternisera à la tête du regroupement », a-t-il mis en garde. Et pour cause ? Le président du collectif des acteurs des marchés du Mali a fait savoir qu’il a été choisi à la tête de ce collectif par une commission d’investiture composée de 9 membres. Selon lui, les membres du bureau national de ce mouvement ne sont que des superviseurs de la mise en place des bureaux locaux.
Par ailleurs, il a fait savoir que le collectif compte pour le moment 80 marchés dans le district de Bamako outre ceux qui sont dans les régions. Le collectif des marchés du Mali entreprendra plusieurs projets qui concernent les marchés du Pays, a-t-il souligné.
Enfin, dans les propos du président national du collectif des marchés du Mali, il ressort que les acteurs des marchés ne constituent aucune menace pour le pays et entretient de très bonnes relations avec les autorités nationales.

SABA BALLO

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *