Gestion axée sur les résultats (GAR) : L’administration publique malienne mieux outillée pour plus de performance

Pour une efficacité certaine des services d’Etat, dessein d’un renouveau de prouesse, le ministère du travail et de la fonction publique a initié un séminaire de formation sur la GAR. Outre le chef du département du travail, Diarra Raky Talla, on notait la présence du Commissaire au Développement Institutionnel Dr Abraham Bengaly et de M. Stéphane Monney Mouandjo, Directeur du Centre Africain de Formation et de Recherche Administrative pour le Développement (CAFRAD).

Banque nationale developpement agricole bnda partenaire technique ptf gsb

Cet atelier tenu à l’Hôtel Laïco El Farouk les 24 et 25 Novembre 2016 sur les stratégies d’opérationnalisation de la GAR a concerné plus d’une centaine de cadres de l’administration publique malienne. Le gouvernement avait enclenché une politique nationale de la gestion axée sur les résultats depuis 2005 et cette série de formations rentre dans cette dynamique.

Elle doit permettre une certaine performance de l’administration publique afin de combler les lacunes dans la gestion des affaires publiques et de donner une culture managériale des obligations au service des citoyens.

Le renouveau de l’administration malienne tant chérie par les plus hautes autorités maliennes devient une réalité avec l’application de l’ensemble des modules compris dans cette formation.

Une administration performante et redevable aux citoyens

«Les stratégies d’opérationnalisation de la gestion axée sur les résultats constituent, de notre point de vue, ce que nous appelons depuis quelques temps désormais au CAFRAD, la gouvernance publique responsable en tant que de par ses objectifs, elle vise une transformation méliorative des outils et institutions, des sociétés et des Etats», a dit le Directeur de CAFRAD.

Ainsi, Diarra Raky Talla, a mis à profit ce séminaire en rappelant que la nouvelle gouvernance publique appelle de nouvelles aptitudes que sont la capacité de veiller à la pertinence de l’action publique, la capacité à mettre en œuvre les politiques publiques avec efficacité et efficience, la capacité de maitriser les activités, de repérer les risques et de les gérer efficacement, en plus de la capacité d’assurer une gouvernance selon les valeurs universelles et suivant nos fondements culturels.

Ce séminaire vient à point nommé selon beaucoup de participants. L’opérationnalisation de la GAR dans les services et administrations publics serait un levain pour les rendre plus performant dans un monde compétitif où seulement les meilleures stratégies permettent de booster les rendements. Elle vise à poser les fondements d’une ‘’culture managériale des affaires publiques dans l’administration publique’’ en vue de parvenir, à terme, à une ‘’administration performante et redevable aux citoyens’’.

Connaitre les axes prioritaires de la GAR

Les participants ont été exhortés à plus de courage et de mieux s’imprégner dans toute la crème de la formation. Définir une stratégie intégrée de mise en place de la méthode GAR dans l’administration publique est l’objectif recherché dans cette formation des élites du service public.

Selon le ministre de tutelle ‘’les enjeux de la GAR tant au plan national que sectoriel, mais aussi de définir les secteurs prioritaires à la mise en place de la GAR, en plus de renforcer les capacités des personnels des administrations publiques à la méthode GAR’’.

« Vous serez à l’école d’éminents experts africains pour comprendre et internaliser l’actualité et le contenu de la gestion axée sur les résultats, mieux appréhender l’opportunité de l’implémentation de la gestion axée sur les résultats dans l’administration publique malienne, connaitre les acteurs et les institutions pour la mise en place efficace de la GAR, mieux cerner les transformations structurelles et culturelles en vue d’une mise en place efficace de la GAR, connaitre les axes prioritaires de la gestion axée sur les résultats au Mali de même que les limites et défis d’une implémentation efficace de la GAR, réfléchir sur les coopérations nécessaires en vue d’une mutation efficace vers la culture de la performance et les résultats», résume-t-elle.

Le positionnement du CAFRAD comme un centre régional d’excellence de production, d’échanges et de diffusion des connaissances et des savoirs dans les domaines de l’administration publique, le gouvernement, les stratégies et les politiques publiques de développement, a prévalu à sa désignation pour ce séminaire.

Un nouveau visage de l’administration publique

L’introduction de la GAR dans le modèle de gestion administrative est la continuation d’une instruction du Chef de l’Etat qui instruit l’ouverture des administrations publiques à de nouveaux modèles de gestion, afin d’accroitre le rendement et d’améliorer leur performance et de générer un développement à la mesure des ambitions.

Présente au Mali depuis deux décennies, la GAR est un outil de modernisation de l’administration malienne et les programmes et projets. Car, les projets tels que le PRODEC, le PRODES, le PAGAM/GFP, le PDI, sont aujourd’hui élaborés et gérés selon l’approche GAR.

A la clôture des travaux, une convention a été signée entre le ministère du travail, de la fonction publique et des relations avec les institutions et le CAFRAD pour un accompagnement de structures et institutions pour les rendre plus performantes et assez compétitives.

Ainsi le Commissariat au Développement Institutionnel (CDI) s’engage auprès de son partenaire à relever les défis de la compétitivité.

L’approche GAR est un outil indispensable pour donner un nouveau visage à l’administration publique en la rendant plus performante.

Elle est un cadre de partage d’expériences et d’échanges sur les capacités de réformes administratives prônées par le Chef de l’Etat.

Sinaly M DAOU

Source : L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *