FRONT SOCIAL : Les sapeurs-pompiers veulent un statut

La fête du 1er mai a été riche en revendications de la part des travailleurs du Mali. En effet, elle fut une occasion pour les syndicats de formuler des doléances via des messages ou des pancartes.

  vehicules sapeurs pompers protection civile

C’était le cas du syndicat des soldats du feu. Les sapeurs-pompiers ont formulé des doléances dont celle relative à l’obtention  d’un statut particulier. Selon les responsables syndicaux des sapeurs-pompiers, de la création de leur corps à ce jour, la Protection civile ne jouit d’aucun statut. Toute chose qui constitue un frein dans le processus de promotion des agents.

SOMAPIL : Les agents réclament 36 mois d’arriérés de salaire 
36 mois, soit 3 ans d’arriérés de salaire. C’est ce que les travailleurs de la Société malienne de piles (Somapil), réclament à leur employeur. Une dette liée, disent-ils, aux effets de la mauvaise santé financière de leur entreprise. Les travailleurs de cette société sont sortis nombreux, hier 1er mai, fête du travail, pour dénoncer cet état de fait. Les travailleurs veulent que le gouvernement se penche sur ce problème afin de soulager leur souffrance.

POLEMIQUE SUR LES 1000 LOGEMENTS SOCIAUX A KATI KAMBILA : Le ministre Dembélé répond à la chefferie
Le samedi 30 avril 2016 restera gravé à jamais dans la mémoire des habitants de la commune rurale de Kambila, plus précisément pour les notabilités de Fanafié. Pour la simple raison qu’au cours de la cérémonie de la pose de la 1ère pierre des logements sociaux en faveur des militaires, dans ce village. Le représentant du chef du village n’a pas été du tout tendre dans ses propos envers les autorités de notre pays.

Car ce dernier a soutenu qu’on leur a arraché leur terre, sans même qu’il soit consulté, et que cela est un délit grave. Prenant la parole, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dramane Dembélé a tenu à rappeler au représentant du chef du village qu’il est géologue de formation, donc se demande réellement de la potentialité et rentabilité agricole de cette portion de terre graniteuse. Pour lui, il ne s’agit pas d’accaparement, mais d’une œuvre d’utilité publique pour tout le cercle de Kati et partant pour le pays tout entier.

INDEMNISATION DES NOTABILITES DE FANAFIE : Où sont passés les 7 millions de FCFA de la Sopromac ?
Décidemment, ce 30 avril a été riche en couleur lors de la pose de la première pierre des logements sociaux en faveur des forces armées maliennes, à Kati. La notabilité du village s’est indignée du fait que l’on vienne accaparer leur terre sans indemnisation. Toute chose que le représentant du chef du village a tenu à souligner lors de son mot de bienvenue.

Faux ! Rétorque-t-on du côté de la Société de production des matériaux de construction de bâtiments et des travaux publics (Sopromac Immobilière-BTP) en charge de la construction des logements sociaux. Selon son PDG Adama Bagayoko, lors des négociations entre sa société et la notabilité du village, trois propositions leur ont été faites, à savoir la construction d’une école ou d’un centre de santé ou l’argent en liquide. L’option trois a été retenue par la notabilité du village, à savoir la liquidité.

Donc, la somme de sept millions de nos francs a été remise à la notabilité par voie d’huissier. Mais comme une boule de neige qui  fond au contact de la chaleur, cette somme s’est volatilisée comme dans un conte de fée. A l’annonce de cette nouvelle par le PDG de la Sopromac, c’était une population en colère qui a commencé à bourdonner sous la bâche. Cette dernière voulait savoir où est passée cette somme. Car on lui a fait croire que ses parcelles ont été réquisitionnées sans dédommagement de la part des autorités.
Affaire à suivre !

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *