Forum sur le genre et développement : Les femmes forment une batterie de recommandations

Dans le cadre de l’organisation du  Sommet Afrique-France, la sous-section genre et développement du comité national d’organisation dudit sommet a réuni les femmes du 13,14 et 15 décembre pour recueillir leurs préoccupations en prélude du sommet. Le thème du forum était axé sur  l’entrepreneuriat féminin dans le domaine de l’agro-business, clé de l’émergence du continent.

Plusieurs recommandations ont été faites par les participantes dans le but d’obtenir le soutien des Chefs d’Etats et des investisseurs entendus à cette rencontre internationale dans la capitale malienne.

journee nationale femme diaspora malien exterieur politique reunion conference

Ces recommandations formulées sont entre autres : lever les barrières faites aux femmes pour avoir accès aux marchés publics, établir des indicateurs clairs pour mesurer les objectifs que les Etats se sont assignés, créer un fonds d’appui au développement des activités des femmes productrices et des femmes entrepreneuses pour répondre au besoin de mise à l’échelle de leurs produits, faciliter l’accès des femmes rurales et des femmes entrepreneuses à la propriété foncière partout où le problème se pose en Afrique, doter les services statistiques de ressources humaines et financières adéquates leur permettant de mieux appréhender les données relatives aux activités des femmes productrices et des femmes entrepreneuses, promouvoir la transformation industrielle des produits jouissant d’un avantage comparatif sur les marchés africains et internationaux selon les potentiels des différents pays africains pour une plus grande valeur ajoutée, promouvoir la création d’une institution financière dédiée à la promotion de l’entreprenariat féminin, appliquer les textes relatifs à la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux en vue du renforcement du processus d’intégration africaine, faciliter les échanges entre les femmes du nord et du sud, dans le cadre du centre féminin des Affaires Afrique-Europe (CFAAE) avec l’octroi de visa aux femmes productrices et entrepreneuses en Afrique, en France et en Europe, renforcer la résilience des femmes productrices et entrepreneuses face aux aléas des changements climatiques, promouvoir l’innovation dans le secteur privé, l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) comme catalyseur de l’autonomie des femmes, de transformation économique et de soutenabilité, promouvoir la recherche technique et technologique à travers une collaboration avec les centres de recherche et les universités africaines et françaises pour soutenir l’entreprenariat dans le domaine de l’agroalimentaire et l’agrobusiness, accélérer l’atteinte du dividende démographique en investissant massivement dans l’autonomisation des femmes et des filles, impliquer davantage les femmes dans la médiation et la gestion des conflits suivant l’esprit des résolutions des Nations Unies (1325-1820 et suivant) et enfin accorder une attention particulière aux femmes handicapées entrepreneuses.

 

Toutefois, il faut préciser que ces recommandations formulées par les participantes, feront l’objet d’une étude par un comité restreint du CNOSAF,  avant d’être présentées au Sommet.

Le président du CNOSAF,  présidant la clôture du forum,  a apprécié la qualité du travail abattu par les participantes surtout les pertinentes recommandations. Il a conclu en invitant les femmes à prendre activement part au sommet Afrique-France qui, selon lui, est une chance pour le Mali.

Amara BATHILY     

Source : L’Observatoire
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *