Fin d’année : Le business des fêtes

Le mois de décembre rime avec joie, ambiance et fête. Et qui parle de fête parle aussi et surtout de dépenses. L’occasion est belle pour les commerçants, qui se lancent dans de nouveaux « business » afin de maximiser les gains en cette période de l’année. Et, pour attirer grand monde, les soldes n’ont jamais été aussi à la mode qu’en décembre,  chacun y trouvant son compte.

 

Difficile de circuler en ville sans tomber sur des articles de fête qui jalonnent les artères de la capitale. Jouets, guirlandes, voiturettes, sapins, les commerçants ne ratent pas l’occasion de se lancer dans ces business saisonniers.

« Ce sont ces genres de choses que les clients achètent à l’approche des fêtes et, Dieu merci, cela marche. Les parents tiennent à faire plaisir à leurs enfants en leur offrant ce genre de cadeaux », confie Ibrahima Traoré, vendeur de jouets.

Au grand marché, même si les magasins ne sont pas encore pris d’assaut par les clients, différentes offres pour la fin de l’année sont déjà disponibles. De nombreux commerçants ont déballé la grosse artillerie pour attirer et satisfaire le maximum de clients.

Des réductions considérables sont consenties sur les prix, à travers les soldes. De 30% à 50, voire 80%, de baisse sur certains des articles les plus prisés en fin d’année, comme, entre autres  les costumes, les robes de soirée, les jeans et les chaussures.

« Nous avons diminué les prix de manière à ce que tout le monde y trouve son compte. D’habitude, les prix de nos costumes commencent à 90 000 ou 100 000 francs CFA, mais actuellement, même avec 75 000 francs le client peut s’en procurer », affirme Moussa Maiga, propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter au grand marché.

« Chaque année nous faisons pareil et la clientèle augmente deux fois plus à cette période, comparé au reste de l’année », assure-t-il.

À l’en croire, pour que cela marche, à chaque fois il faut élaborer une vitrine dédiée et lancer des griffes spéciales, notamment pour les costumes, qui font partie des cadeaux les plus offerts en fin d’année.

L’électroménager et la décoration aussi

Mais, à l’approche des fêtes, ce ne sont pas seulement les propriétaires de boutiques d’habillement ou de jouets pour enfants qui se frottent les mains. C’est aussi la période privilégiée par beaucoup pour redonner de l’éclat aux maisons et aux appartements, non seulement à l’aide de nouvelles décorations mais aussi en renouvelant le matériel électroménager.

C’est pour cela que certains commerçants misent sur l’importation de ces produits en fin d’année pour booster leur chiffre d’affaires. « Pendant la période des fêtes, nous vendons des télés, des mini chaines, des home cinéma, des frigos, etc. Ce sont des articles de tous les jours mais qui marchent beaucoup mieux en fin d’année », dit Mariam Sagara, gérante d’une boutique à Niarela.

« Au début c’est toujours un peu lent. On se dit qu’il n’y a pas d’argent, que les temps sont un peu durs, mais, à un moment ou à un autre, les gens commencent à venir pour les achats. Généralement, ceux qui viennent, c’est pour réaménager chez eux en vue de se faire plaisir pour la nouvelle année », ajoute-t-elle.

Pour attirer plus de clients, elle met tous les atouts de son côté. Non seulement une réduction des prix mais également une offre de petits gadgets en guise de cadeaux  pour chaque achat effectué.

« C’est toujours bien de repartir avec un petit présent après un achat. En plus de la réduction du prix, on gagne deux fois », s’enthousiasme un client venu s’offrir une télé.

Pour sa part, Aissata Traoré, commerçante au grand marché, qui évolue en temps normal dans la vente de rideaux et de draps, a ajouté en ce mois de décembre des articles de décoration, telles que les guirlandes et les fleurs artificielles à son commerce.

« C’est ce qui marche en cette période, parce que tout le monde veut embellir sa maison pour la nouvelle année qui arrive. À chaque fin d’année je me lance dans cette vente et, Dieu merci, cela marche depuis 3 ans maintenant », relève-t-elle.

Plus les fêtes approchent, plus le « business » se porte bien, à en croire Mme Traoré, selon laquelle la grande affluence n’interviendra qu’à partir du 20 décembre.

« À partir de ce moment-là, il n’y a plus d’excuse qui tienne pour ne pas penser à rentrer dans l’ambiance des fêtes, car le 31 tout doit briller, à commencer par les décorations dans les différents endroits fréquentés », soutient-elle.

Germain KENOUVI

Journal du mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *