Fertilisation agricole : LES ATOUTS DU PNT GRANULE

Le phosphate naturel de Tilemsi contient du phosphore, du calcium et de l’azote, des éléments nécessaires à nos sols appauvris par un usage prolongé

plaine rizicole agricole office niger riziculteurs champs vergeLe village de Zirakoro, dans la zone de production Office du Niger de Ké-Macina, a servi de cadre au suivi du test de la fertilisation au Phosphate naturel de Tilemsi granulé (PNT). C’est le deuxième du genre après la rencontre de M’Bèwani l’année dernière. Les propriétaires des parcelles test et leur encadreurs des sept zones de production de l’ON, l’équipe de la recherche conduite par le professeur Faféré Samaké, la société Toguna, commanditaire du test, les délégués des services techniques, les représentants des chambres locales d’agriculture, les partenaires techniques impliqués, les producteurs agricoles de la localité, ont pris part à cette restitution. L’exercice qui s’est déroulé il y a quelques semaines, a regroupé une centaine d’acteurs dans le champ de Mamadou Diarra.

Installé depuis 1984, cet exploitant affiche un rendement de 9,520 tonnes à l’hectare durant la campagne agricole 2014-2015 avec un apport de 5 tonnes de fumure organique à l’hectare. Sur l’ensemble des champs qu’il exploite, les 3 hectares concernés par le test sont au stade de la maturation. Il s’agit d’un hectare témoin, un second en option 1 et le troisième en option 2. La variété de riz Kogoni 91-1 a été semée, repiquée aux mêmes dates dans les trois parcelles.
La parcelle témoin est cultivée selon les techniques traditionnelles avec 150 kg de PNKS et 200 kg d’urée en deux fractions. Les parcelles de démonstration sont fertilisées en engrais minéraux avec l’option 1 qui recommande de mettre 350 kg/ha de PNT granulé au repiquage plus 75 kg/ha d’urée au tallage et 100 kg/ha d’urée à l’épiaison. L’option 2 a reçu 300 kg/ha de PNT granulé au repiquage, plus 100 kg/ha d’urée au tallage et 125 kg d’urée à l’épiaison, ont expliqué le riziculteur et son technicien.
Les visiteurs ont écouté avec intérêt les explications relatives à l’évolution des plants dans les différentes parcelles. Ils ont compté les feuilles et les rameaux des épis avant de poser des questions sur les ennemis des cultures.
Le second temps fort de cette journée s’est déroulé dans la salle de conférence du siège de la zone de Ké-Macina. Là, le chef de la Division conseil rural de l’ON, Sékou I. Barry, a rappelé les motifs de cette mission de suivi et les objectifs que visent le géant rizicole et son partenaire Toguna. Hamet Macina, responsable de ce volet à Toguna, indique que sa société projette essentiellement de doter les paysans en intrants dont ils ont le plus besoin, mais aussi les mieux adaptés à leur sols respectifs pour accroître les rendements et réussir le pari de la souveraineté alimentaire au Mali.
C’est donc en conformité avec la politique nationale que Toguna s’est investie dans la recherche d’intrants de qualité destinés aux différentes spéculations (riz, coton, arachide, mil, sorgho, etc.).
Faféré Samaké a souligné que la zone du Tilemsi recèle plus de 20 millions de tonnes de phosphate naturel. Cette même substance minérale est disponible dans des gisements au Burkina Faso, au Sénégal, au Togo et en Côte d’Ivoire qui produisent de l’engrais. Cependant, notre phosphate contient une forte proportion de phosphore, de calcium et d’azote. Les deux premiers éléments sont nécessaires à nos sols appauvris par un usage prolongé. Toguna, tout en transformant la poudre de phosphate en granulés l’a amélioré par un apport en potassium et zinc.
Les observations des paysans permettront à la recherche d’améliorer, au fur et à mesure, la qualité du produit. Cette amélioration va conduire à une production industrielle du PNT afin de faciliter l’amendement des sols et l’augmentation des rendements. Ces effets conjugués conduiront à la souveraineté alimentaire, à la création d’emplois et à la lutte contre la pauvreté.
Les visiteurs estiment que la récolte et le battage permettront de mesurer avec précision les avantages des options 1 et 2 et de fournir des motifs d’adoption.
A. O. DOLO
AMAP-Ségou

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *