Fanta Coumaré, conductrice de taxi : Une jeune dame qui force l’admiration des passagers et de son entourage

D’origine malienne, célibataire sans enfant, Fanta Coumaré détentrice d’une maitrise en communication, âgée d’une trentaine d’années est chauffeur de véhicule de transport en commun, une voiture taxi. Un exemple qui donne la parfaite illustration qu’il n’y a pas de métier exclusivement réservé aux hommes.

Mme Fanta Coumaré est une jeune-femme battante très connue et respectée dans le milieu de transporteurs en commun à cause de sa rigueur et sa compétence. Son avantage est qu’elle sait ce qu’elle fait et pourquoi elle le fait.

Elle est détentrice d’une maîtrise en communication promotion 2011, suite à la crise de 2012 que notre pays a connu, les choses n’allaient pas  bien chez elle pour attendre d’être employée uniquement comme chargée de communication (sa spécialité). Elle  avait de la peine pour trouver un boulot rentable afin de subvenir à ses besoins et celui  de sa famille. Avant d’acquérir ce que son destin lui a préparé, elle  a tenté beaucoup d’autres métiers.  C’est en 2018 qu’elle a commencé son boulot de chauffeur de taxi avec les véhicules d’autres personnes.

Passionnée du métier de chauffeur de taxi, la jeune fille battante ne travaille sous le commandement d’aucune personne aujourd’hui. Elle  est sa propre patronne, elle  a acheté sa propre voiture grâce à son dévouement et son dynamisme.

Fanta, par ce que son taxi est en règle, circule partout à Bamako et environnants sans crainte. Elle n’a pas de relation particulière avec ses collègues hommes chauffeurs. « Les Maliens pensent que les femmes sont des mauvaises conductrices que c’est elles à la base de nombreux accidents de circulation. Dès fois certaines personnes refusent de rentrer dans mon taxi par peur,  parce que je suis tout simplement une femme » raconte-t-elle avec un ton rassurant.

Malgré le poids du travail et le fardeau des regards, cette jeune-dame est arrivée à tirer son épingle du jeu. Aujourd’hui, elle est indépendante et autonome financièrement, au point de subvenir aux besoins  de sa famille.

Dans le cadre de la journée internationale des femmes, son message à ses sœurs et mamans est un appel au travail. Qu’il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves avec le courage et la détermination et ne surtout pas écouter les mauvaises langues. « Battez-vous pour vos rêves et vos ambitions et faites le travail que vous croyez être bénéfique, il n’y a pas de sot métier » déclare-t-elle.

Les témoignages de ses clients !

Amadou Traoré client de la jeune fille, témoigne d’avoir connu Mme Coumaré dans ce métier depuis des mois. « Une jeune-dame très compétente dans la  conduite. Dans la circulation elle est devenue exemplaire, voire une exception qu’on regarde avec curiosité. Elle conduit mieux que les hommes, et puis elle est moins cher »dit-il.

Quant à Djénéba Sissoko, elle affirme avoir connu la conductrice Coumaré tout récemment. « C’est l’une de mes connaissances qui m’a donné son contact en affirmant qu’elle est la meilleure de sa génération dans le métier de chauffeur. Je suis responsable d’une entreprise, chaque jour que Dieu fait, elle vient me chercher à la maison pour m’amener au travail. Fanta est très ponctuelle, elle roule avec  prudence. Je l’encourage beaucoup. Aujourd’hui  c’est rare de voir une jeune fille détentrice d’une maitrise en communication exercer ce métier. Elle est une femme battante, les autres filles doivent l’imiter pour ne pas rester à la merci des hommes » nous a-t-elle donné comme témoignage.

« Je la trouve bien. Elle aime ce qu’elle fait. Dans la vie, il faut exercer la profession que tu aimes. Il ne faut pas travailler pour faire plaisir à quelqu’un, il faut travailleur par l’amour du métier » martèle Siaka Z Traoré.

Par Fatoumata Coulibaly

Source: Le Sursaut
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.