FANA : La société civile s’oppose à la vente d’un espace par la mairie

Comment annuler la vente d’un espace déjà approuvée par toute une hiérarchie ? A Fana, la société civile locale et la Société des télécommunications du Mali (Sotelma) sont vent debout contre un lotissement.

 Le nouveau maire de Fana (cercle de Dioïla), Abdoulaye Coulibaly, vient de morceler et vendre un espace avec l’avis favorable du préfet de Dioïla, du sous-préfet de Fana et des services de l’urbanisme et des domaines.

 construction batiment maison chantier affaires litige fonciere terrain

Le maire s’appuie aussi sur une délibération du Conseil communal du 5 avril 2017 autorisant la vente des parcelles à usage d’habitation. L’espace est situé entre la devanture de la Sotelma et la RN6.

Cette vente fait grand bruit à Fana. La société civile, fort soutien à la candidature du nouveau maire, s’oppose à cette vente. Elle estime qu’elle a été faite en catimini. Mieux encore : elle avait pu annuler une vente antérieure.

A en croire le vice-président de la société civile de Fana, la ville ne dispose plus d’aucun espace vert où se reposer, se distraire. D’où, selon lui, la nécessité de garder cet espace pour les besoins de commodité futurs.

Opposée à la vente de l’espace, la Sotelma aussi s’insurge contre le maire et demande l’annulation pure et simple de son acte. Le représentant de la Sotelma de Fana, Seny Coulibaly, souligne qu’il est impossible de construire sans entraver à leurs installations.

Il dit ne pas comprendre le maire Abdoulaye Coulibaly qui, déplore-t-il, s’est comporté en “super maire”. Et de déclarer que la Sotelma a toujours entretenu le lieu considéré comme stratégique.

Selon nos sources, toute la chaîne hiérarchique aurait perçu des pots de vin pour son approbation de la vente. Nous avons été éconduits par le sous-préfet Bénéna, M.  Mounkoro, qui menace de traduire devant un tribunal quiconque s’autoriserait à mal écrire sur ce dossier.

“La liberté d’expression à des limites. Ceux qui tirent sur les ficelles là-bas à Bamako ne sont pas plus Maliens que nous. Nous avons fait les mêmes écoles. D’ailleurs, ce qui se passe à Bamako en matière foncière est pire qu’à Fana”.

L’affaire est loin d’être terminée. La Sotelma veut contacter le gouverneur pour l’annulation de la vente pour sauvegarder ses installations. La société civile est également sur le qui-vive. Elle compte soumettre la question à son assemblée.

Le maire prévient que ceux qui seraient la cause de l’annulation de cette vente rembourseraient les tiers puisque le produit des ventes a déjà été versé à la perception.

Zoumana Coulibaly de retour à Fana

 

Par L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *