Vol de bétail et abattage clandestin à Mopti : la police surprend deux voleurs en plein abattage et saisit des gros et des petits ruminants

Issa Touré, né il y a 50 ans à Gourma Rharous, jardinier présumé domicilié dans le bas fond de Mopti et Amadou Saye, 35 ans, né à Bandiagara, se disant ouvrier domicilié aussi dans le bas fond avaient pris l’habitude d’aller abattre des animaux en brousse. Intrigué, un témoin a donné l’information au commissaire Issa Koné, chargé de la ville de Mopti. Lancés sur leurs traces, l’inspecteur de police Zouhana Cissé, chef de la Brigade de recherches et ses éléments les surprennent en pleine action, le lundi 17 août dernier. Une perquisition de leur chambre a permis de saisir outre des animaux, gros et petits ruminants vivants, une arme à feu, des engins, des peaux d’animaux abattus…

cheptel ministere agriculture elevage peche vache boeuf belier

Un témoin qui avait remarqué que deux hommes égorgeaient régulièrement des bœufs et des moutons en brousse en a informé le lundi 17 août dernier, le commissaire de police Issa Koné, en charge de la commune de Mopti. Sur le champ, il ordonna au chef de sa Brigade de recherches de conduire une mission sur les lieux. L’inspecteur de police Zouhana Cissé, c’est son nom et des agents de son unité surprirent deux hommes en train d’égorger un mouton. Ils sont interpellés et conduits à leur domicile pour une perquisition. Les enquêteurs y ont mis la main sur un pistolet de fabrication artisanale, un panneau solaire, deux motos Djakarta de type KTM, une moto Djakarta de marque X-1, cinq moutons vivants, deux veaux vivants, deux moutons fraîchement égorgés, vingt et neuf peaux de moutons, deux couteaux, deux coupe-coupe, une lame de scie, une perceuse.

Or, les deux suspects, Issa Touré et Amadou Saye ne sont pas des bouchers, mais plutôt un jardiner pour le premier et un ouvrier pour le second. L’enquêteur a enregistré trois plaintes. Madame Aïssata Cissé, domiciliée au centre commercial a  perdu trois vaches et deux veaux dont l’un a été retrouvé par la police. Halidou Zonou, domicilié dans le bas fond a perdu sept moutons dont trois ont été retrouvés par la police.

Enfin Hassana Cissé, domicilié à Poupa, près de Barkon Daga sur l’autre rive du fleuve Niger a perdu seize moutons, une vache, un veau et une chèvre. Le veau a été retrouvé par la police. Les bêtes non retrouvées sont abattues ou vendues. A l’interrogatoire, les deux voleurs, des récidivistes n’ont pas voulu lâcher les noms de leurs complices. D’ailleurs, pour narguer leurs victimes, Issa a dit publiquement qu’ils vont recouvrer bientôt leur liberté. Pourquoi le dit-il ? On le saura.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *