Surpris en flagrant délit de vol : le voleur sort un pistolet et menace de tirer sur la foule

La promptitude de la police  a empêché à un voleur de faire usage de son arme samedi à Garantiguibougou en commune V du District de Bamako. Encerclé par la foule au moment où il tentait de faire main basse sur  une moto Djakarta en stationnement en plein jour, le voleur en état d’ivresse très avancé n’a eu d’autre solution que de dégainer son pistolet pour tenir tout le monde en respect et se frayer un chemin.  Malheureusement pour lui, sa fuite sera de courte durée car, la police était là.

faits   incroyable  logo faits divers

Il se nomme Issa Tembely, âgé de 35 ans, domicilié à Kalabancoro Adekène, sans profession, sinon voleur de moto Djakarta. Il avait élu domicile à Garantiguibougou et s’était juré de faire des victimes même  s’il fallait verser du sang. Vendredi déjà, il avait eu un premier accrochage avec les populations. Hué et menacé de lynchage par la foule pour tentative de vol d’une moto Djakarta, Issa avait pu se sauver grâce à la flexibilité de ses jambes et surtout à la peur du pistolet qu’il avait brandi en l’endroit de ses poursuivants. On le croyait alors parti vers de nouveaux horizons pour de bon. Mais c’était mal connaître ce voleur à main armée. Il avait remis ça. Le lendemain samedi, le revoici encore dans le quartier en plein jour. En allant d’un carré à un autre, il aperçoit une moto Djakarta en stationnement à une porte.

Sans hésiter, Issa s’en  empare et tente de forcer la serrure. Malheureusement pour lui, une dame qui veillait sur ledit engin a crié au voleur. Ses cris ne sont pas tombés dans des oreilles de sourds, car des secouristes bénévoles ont accouru de partout. Le voleur n’a pas pu emporter la moto. Pire, il  s’est retrouvé encerclé. Sachant qu’il risque sa vie, il a vite sorti de ses poches un pistolet de fabrication artisanale. Il menace de tirer sur le premier qui le toucherait. La foule qui avançait vers lui a freiné le pas pour certains et reculé pour d’autres, mais en maintenant le cercle autour de lui. Issa exige de lui céder le passage, mais certains résistent.

Pour éviter un bain de sang, quelqu’un téléphona à la police du 11e arrondissement. Une équipe d’agents de police débarqua sur les lieux. A leur arrivée, Issa avait réussi à se frayer le chemin au prix de la menace armée pour prendre ses jambes au cou, sans la moto. Mais il sera rattrapé et désarmé par la police. Le pistolet était chargé. Interrogé au commissariat, Issa reconnait qu’il n’est pas à son premier coup et que le produit de son vol est revendu couramment à un certain Koffi, domicilié à Missira en commune II du District de Bamako. Il a conduit les enquêteurs au domicile de ce dernier, mais il était absent et restait introuvable au moment où nous mettions sous presse cette information. Mais en attendant de retrouver son receleur, Issa est remis à la justice.

Dénis T Théra

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.