Sirakoro Méguétana : Des voleurs chanceux

Ils viennent commettre leurs forfaits et disparaissent tranquillement sans être inquiétés outre mesure. Et malheureusement, les victimes n’ont que leurs yeux pour pleurer

 

C’était il y a quelques semaines de cela. Le couple S a été désagréablement surpris de constater la présence d’un individu malintentionné dans leur chambre à coucher. Sous la menace de son arme, il les a obligés, à lui remettre de l’argent et des objets de valeur qu’ils possédaient. C’était très tôt le matin, au moment même où certains voisins du quartier ne s’étaient pas réveillés.
D’après nos sources, le jour des faits, ils étaient deux malfrats, tous armés de fusil. Apparemment, ils ont profité du calme ambiant du secteur à Sirakoro Méguétana pour commettre leur forfait. Pour y parvenir, l’un des bandits s’est introduit par la fenêtre des toilettes de la villa de ses victimes. Mais avant, sans grande difficulté, les deux malfrats avaient pu déjouer la vigilance du vigile posté à la porte d’entrée principale.
à l’heure indiquée plus haut, comme nombre des habitants du quartier, les victimes dormaient encore à poings fermés dans leur chambre à coucher. S’il faut croire nos sources, il semble que cet acte crapuleux de ces bandits de grand chemin n’est pas fortuit. La preuve, selon les mêmes sources, moins de vingt quatre heures plus tôt, l’époux venait d’effectuer une opération de retrait d’argent dans une des banques de la place. Et apparemment, il semble que les cambrioleurs disposaient déjà du maximum de renseignements nécessaires sur lui avant de passer à l’acte.

Stratégie classique
Pour pouvoir les braquer, les malfrats ont usé de stratégie classique dont ils ont l’habitude en pareils cas. Comme ils étaient deux bandits, ils se sont partagés les rôles. Arme à la main, le premier a fait irruption dans l’habitat du couple. Pendant ce temps, le second est resté dehors, pour monter le guet dans la rue. Histoire d’alerter son complice qui opère à l’intérieur, en cas de présence du moindre intrus dans les parages. C’est ainsi que le bandit se trouvant à l’intérieur a braqué le couple, jusque dans leur chambre à
coucher.
Une fois qu’ils ont constaté la présence de l’inconnu armé sur place, S et son épouse se sont réveillés en catastrophe. à la vue de l’arme qui leur était pointée, ils ne savaient plus où donner de la tête. Tout tremblant de peur, ce couple n’a pas voulu prendre le moindre risque. Monsieur et Madame ont tout de suite cédé aux injonctions de ce visiteur matinal d’un autre genre. C’est comme cela que les « S » ont donné tout ce que le voleur leur a demandés. Des téléphones portables à l’argent liquide en passant par des bijoux de dame S, tout est passé entre les mains du bandit. Curieusement, tout cela s’est passé en quelques minutes, alors que le vigile, assis à la porte d’entrée principale, n’a rien soupçonné d’anormal à l’intérieur de la villa de ses patrons.

Nouvelle bâtisse visitée
Peu de temps avant ce braquage matinal, dans le même secteur de ce quartier à la banlieue de la capitale, le quinquagénaire T avait été victime d’un vol spectaculaire dans sa maison nouvellement achevée. Cela s’est passé lorsque l’homme, avant de déménager dans sa nouvelle bâtisse, a commencé à installer certains de ses objets dans des chambres. Il y avait apporté des matelas, son poste téléviseur, quelques habits et des ustensiles de cuisine. Dans la pratique, la victime occupait progressivement l’intérieur de sa toute nouvelle construction, avant d’y déménager définitivement avec toute sa famille. Mais les choses ont évolué autrement à sa grande surprise. C‘était un après- midi en plein jour.
L’homme était sorti pour des courses à quelques encablures des lieux. Malheureusement, avant son retour, des inconnus ont rendu visite à son domicile qui n’était occupé que par des objets0 plus ou moins valeureux. à son retour chez lui, il a été surpris de constater que des voleurs sont rentrés dans sa maison en forçant la porte d’entrée. Ils y ont enlevé le poste téléviseur accroché au mur, avant de faire main basse sur tous les autres objets qu’ils ont estimé de valeur. Puis, ils ont rapidement disparu, sans être inquiétés et sans être vus. Bizarrement, après avoir fait le malheureux constat chez lui, l’homme n’aura aucun témoin dans le voisinage pour lui raconter quoi que ce soit sur ce dont il venait d’être victime, alors que les faits se sont passés en plein jour.
Selon certaines de nos sources, par la suite, le quinquagénaire n’a plus souhaité vivre dans ce quartier. Il aurait dans la précipitation, vendu sa maison pour en chercher ailleurs et y vivre avec les siens.
Les mêmes sources confirment que ces faits sont minimes par comparaison au nombre de cas vols dont sont victimes les boutiquiers et autres petits commerçants du secteur. Et généralement, les bandits s’en sortent sans problème.

Maïmouna SOW

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *