Sale temps pour une Guinéenne et un Malien au septième ciel

 

prostituee fille sacs clients sexualite

Dans la nuit du 17 au 18 Décembre 2015, aux environs de 3 h du matin, au bar La Lumière sis à Aci 2000, Fatou, Guinéenne, prostituée âgée de 23 ans et Ali, Malien, marié, âgé de 37 ans décident de passer du bon temps moyennant.

Cette nuit-là, Ali fatigué et sous l’emprise de l’alcool, n’a pas pu bander. Le lendemain, le Malien revient à la charge pour une passe. La Guinéenne réclame 10 000 Fcfa du fait que la veille, elle avait perdu son temps sans encaisser un sou. Ali lui fera comprendre qu’il n’avait en poche que 5 000 Fcfa. La pute accepta son offre. Dès l’entame, elle exigea d’Ali le port du préservatif. Ce dernier refusa catégoriquement et engagea sans tarder la partie de jeu de jambes en l’air.

Après plusieurs coups de reins torrides, no stop, La Guinéenne supplia son partenaire d’arrêter la partie. Le Malien ne l’écouta pas. Rompue, Fatou se dégagea en deux temps trois mouvements brefs.

Pour n’avoir pas arrosé la prairie fétide de la Guinéenne, Ali se fâcha et se défoula sur elle à coups de poing et pied jusqu’à la blesser grièvement à la tête.

Il a fallu l’intervention du barman qui cassa la serrure de la porte de la chambre de passe pour sauver la prostituée. Sur ce, il saisit l’officier de permanence du 14e Arrondissement. Conduits au commissariat, les antagonistes donnent leur version des faits à l’inspecteur principale Thade Sissoko qui obligea Ali à prendre en charge le traitement de la garce jusqu’à son rétablissement. Ali paya l’ordonnance pour les premiers soins. Le reste fut supporter par sa femme et ses parents. Néanmoins, il fut gardé à vue pendant deux semaines. Période assez suffisant pour la Guinéenne de se remettre de sa blessure sous le contrôle régulier de l’inspecteur principale Thade Sissoko.

Ce fut un temps assez long pour Ali pour méditer sur son acte avant de humer l’air frais en toute liberté.

La Rédaction

 

Source : Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *