Reconnu coupable de “tentative de viol”, Mamadou Konaté dit Marley écope de cinq ans d’emprisonnement ferme

La Cour d’assises de Bamako a tranché l’affaire Mamadou Konaté dit Marley jugé pour « tentative de viol » sur l’aide-ménagère Fatoumata Fané, domiciliée à Daoudabougou. C’était hier mercredi 15 mai. Ce jeune homme âgé de 25 ans,  a été condamné par les jurés à cinq ans d’emprisonnement ferme.

 

Selon l’arrêt de renvoi, c’est dans la nuit du 31 janvier 2019, que les nommées Mariam Dembélé et Maïmouna Ballo, toutes deux aides-ménagères, ont demandé à la demoiselle Fatoumata Fané de les accompagner dans un ‘‘grin »sis à Daoudabougou, où elles ont leurs petits amis. A leur arrivée, pendant que Mariam Dembélé et Maïmouna Ballo se sont, toutes les deux, isolées avec leurs petits amis, Baba Doucouré et Aboubacar Diawara en ont profité pour emmener Fatoumata Fané dans la chambre d’un certain Kissima où ils l’ont obligée à entretenir, à tour de rôle, des relations sexuelles avec eux.

Après avoir fini d’abuser d’elle, ils l’ont accompagnée à son lieu de causerie où sa surprise fut grande de constater l’absence de ses compagnes au »grin ». Désemparée, elle accepta d’être raccompagnée à son domicile lorsque les nommés Magnan et Levieux lui ont fait cette proposition. Chemin faisant, ceux-ci aussi l’ont trainée de force pour assouvir leur désir sexuel, encore sans son consentement. Lorsque ces derniers ont vu Mamadou Konaté dit Marley et une autre personne venir, ils ont pris la poudre d’escampette. Ainsi, Fatoumata Fané, voulant s’enfuir, a été rattrapée par Mamadou Konaté dit Marley qui lui intima l’ordre de se coucher par terre dans le dessein de satisfaire sa libido. C’est sur ces entrefaites que les éléments de la police ont arrêté Mamadou Konaté dit Marley puis l’ont interpellé pour « viol. »

L’accusé Mamadou Konaté a, au cours de l’audience, tenu des propos incohérents, qui laissent dubitatifs quant à sa santé mentale. Tantôt, il reproche aux jeunes de vouloir l’entraîner dans la sorcellerie. Tantôt, il dira à la Cour qu’il a reçu le nom Marley à la suite d’un baptême organisé par son oncle.

La Cour lui a demandé s’il prenait des stupéfiants. Il répondit par l’affirmative.

La victime Fatoumata Fané a expliqué à la Cour qu’elle a été contrainte par Mamadou Konaté de se coucher à terre pour qu’il puisse assouvir sa libido. Mais il n’a pas pu atteindre son objectif puisqu’elle a été secourue par une tierce personne.

Dans son réquisitoire, le Ministère public a argué qu’il est constant que Fatoumata Fané a été victime d’un viol collectif des jeunes hommes. « Je requiers qu’on retienne Mamadou Konaté dans les liens de l’accusation conformément à l’article 200 du code pénal « .

Quant à la défense, elle a demandé à la Cour d’épargner son client d’une condamnation. Les faits, tels que relatés ce matin, ne permettent pas de le condamner de « tentative de viol « « J’ai l’impression qu’on veut rouler la Cour  dans la farine. Il y a eu trop de contrevérités dans les débats. Ce dossier est vide de sens. Mr le président de la Cour, mon client est malade  au niveau mental ». Et de montrer à la Cour que les chaussures de l’accusé ne sont pas de même paire. « Aussi, il a dit lui-même qu’il prend des stupéfiants. Est-ce qu’une personne normale accepterait de dire chose pareille devant une Cour « ,a ajouté son avocat à la Cour à l’appui de ses arguments.

Après les débats, la Cour a reconnu l’accusées coupable du fait de « tentative de viol ». Il a été condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *