Patrouilles nocturnes dans les quartiers périphériques : les populations accusent les patrouilleurs de s’attaquer aux honnêtes gens au détriment des délinquants

Kalaban Coro, Niamakoro Courani et Nèrèkoro etc sont trois quartiers voisins plus proches de Bamako mais qui relèvent administrativement du cercle de Kati. Ils se caractérisent par l’existence de grands buissons de hautes herbes, des chantiers inachevés potentiellement des nids de délinquants car, il se passe beaucoup de délinquance. Les multiples attaques perpétrées dans ces quartiers justifient les patrouilles de la police et de la gendarmerie. Ces derniers, au lieu de faire correctement leur boulot, s’attaquent au contraire à la population à en croire celle-ci. Résultat, le banditisme continue de plus belle et les habitants se disent las de cette discrimination.

police nationale bamako patrouille nuit

Un notable de ces quartiers a approché la presse pour dénoncer ce qu’il qualifie de tracasserie policière. Les braquages et pillages des boutiques se font en général tard dans la nuit ou tôt le matin croit-il savoir. Au lieu de patrouiller pendant ces heures, s’insurge t-il, les forces de l’ordre policiers comme gendarmes, commencent à patrouiller non seulement dès 21H00mn en évitant les endroits criminogènes mais surtout abandonnent le terrain aux braqueurs vers de 1h du matin. Leurs jours préférés sont surtout les week end et leurs cibles de choix, des jeunes qui rendent visite à leurs copines sur des Djakarta. Quand ils interpellent ces jeunes gens, ils embarquent aussitôt la fille afin que le garçon soit obligé de les suivre. Ils la conduisent dans un endroit désert, à l’abri des yeux pour proposer au garçon de régler l’affaire à l’amiable pour que sa copine ne passe pas la nuit emprisonnée à la police. Nombreux sont les jeunes qui se sont fait dépouiller par ce chantage.  Sachant que tôt la nuit, les gens ne se promènent pas très souvent munis de leurs pièces d’identité, les patrouilleurs profitent de ces moments pour interpeller les simples passants.

Celui qui n’a pas de papier est embarqué s’il ne met pas la main à la poche. S’il est vrai que la patrouille n’a pas d’heure car, elle se fait même de jour, ce n’est pas faux aussi que si l’argent est le seul passeport, le délinquant est plus prompt à payer. Il gagne de l’argent facile. A méditer.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.