Nigeria : Un cuisinier camerounais condamné à mort par pendaison

La Haute Cour d’Igbosere, à Lagos, a condamné à mort par pendaison mardi un cuisiner de 25 ans, Leudjou Joel, pour le meurtre de son employeuse, Mlle Dayo Adeleke, la fille du defunt général de brigade Adekola Adeleke.

Le juge Adedayo Akintoye a condamné le Camerounais après deux ans de procès, au cours duquel il a plaidé non coupable à la seule accusation qui pesait sur lui.

L’Agence de presse du Nigeria (NAN) rapporte que le procureur général de l’Etat de Lagos, M. Adeniyi Kazeem, qui dirigeait l’équipe de l’accusation, a déclaré au tribunal que Joel avait poignardé à mort son employeuse pour avoir refusé sa demande d’avance sur salaire.

Il a déclaré que le condamné avait commis le meurtre le 20 décembre 2016 à Park View Estate, Ikoyi, Lagos.

L’accusation, par l’intermédiaire de ses témoins, a déclaré le matin de l’incident que Joel avait demandé une avance de salaire de deux semaines, ce qui lui a été refusé par sa patronne. Emporté par la colère, il a poignardé la défunte dans le cou et le cœur.

L’accusation a expliqué que Joel avait été appréhendé à l’entrée du domaine Park View de la défunte alors qu’il tentait de s’enfuir.

La défunte avait été retrouvée allongée sur le sol de son salon dans une mare de sang avec un couteau de cuisine coincé dans le côté gauche de sa poitrine.

Elle avait été transportée d’urgence à l’hôpital Saint-Nicolas de Lagos, où un médecin en service a confirmé sa mort.

Cependant, Joel avait témoigné qu’Adeleke s’était poignardée par erreur quand elle est tombée alors qu’elle le poursuivait avec un couteau de cuisine.

Joel, qui a ouvert sa défense le 21 novembre 2018, a nié avoir tué Adeleke et a parlé par l’intermédiaire d’un traducteur français. Il a été conduit en preuve par son avocat, M. C. Acnonye.

Au cours de son témoignage, il a confirmé qu’avant l’incident, il s’était rapproché deux fois de sa patronne pour lui demander une avance de salaire pour qu’il puisse payer certaines factures d’hôpital pour son enfant qui était très malade au Cameroun.

Il affirme que la première fois qu’il a demandé le paiement partiel de son salaire, c’était le 16 décembre 2016, puis la deuxième fois le 18 décembre 2016, deux jours avant que Mlle Dayo ne soit tuée.

Il a déclaré que le jour de l’incident, après avoir nettoyé la maison, il s’est agenouillé et a supplié la défunte de lui accorder un prêt, mais elle s’est énervée et s’est mise à crier sur lui.

Joel a affirmé que sa patronne l’avait poussé et a commencé à le frapper sur la tête.

« Quand j’ai ouvert les yeux, je l’ai vu avec un couteau. J’ai essayé de m’enfuir, mais elle s’est précipitée vers moi. Elle est tombée alors qu’elle me poursuivait avec un couteau et s’est  Poignardée », a-t-il expliqué.

Malgré le témoignage de Joel, le juge a déclaré que toutes les preuves fournies par l’accusation ont démontré qu’il est coupable.

« Je trouve que le dossier de l’accusation est fondé. L’accusé est condamné à mort par pendaison », a-t-il prononcé.

Source: nigeriananews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *