Marseille : 12 ans de prison pour le violeur qui avait laissé accuser son jumeau

Parce que son ADN était identique à celui de son frère jumeau, la justiceavait peiné à identifier Yoan Gomis.

 faits   incroyable  logo faits divers

Ce violeur en série a finalement été condamné à douze ans de prison par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône ce jeudi. Cette peine est inférieure aux 18 ans de prison qu’avait requis le parquet dans la matinée.

Dès l’ouverture du procès lundi, Yoan Gomis avait reconnu la série de trois viols, trois tentatives de viols et une agression sexuelle dont il était accusé. Ces faits avaient conduit son frère jumeau monozygote, avec le même ADN, à faire 10 mois de détention provisoire avant d’être disculpé.

Les deux jumeaux partageaient tout

Dans cette affaire de viols en série, les enquêteurs avaient identifié un ADN masculin qui les a menés non pas à une, mais à deux personnes : les frères Gomis, avec le même patrimoine génétique, qui habitent dans le 3e arrondissement de Marseille. Les deux jumeaux vivent ensemble, échangent leurs vêtements, parfois leurs téléphones, utilisent la même voiture et ont un compte Facebook commun, «Jumo Gomis». Ils sont aussi arrêtés ensemble, à leur domicile le 7 février 2013.

Les enquêteurs mettront plusieurs mois à déterminer lequel est l’homme qui arrivait derrière ses victimes, souvent la nuit ou très tôt le matin, les ceinturait et les amenait sous la contrainte dans un endroit «à l’écart» avant de leur demander avec plus ou moins de réussite, une fellation. Il s’enfuyait ensuite avec leur sac et leurs téléphones.

En vérifiant les alibis, en étudiant les éléments de téléphonie mobile, les enquêteurs parviennent à avoir le fin mot de l’affaire. Un détail permet de faire basculer le dossier : Yoan souffre d’un léger zozotement que reconnaissent les victimes lors des confrontations. Ils parviennent ainsi à disculper Elvin, le frère de Yoan, qui a finalement bénéficié d’un non-lieu.

 

Source: leparisien

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *