JUGÉS POUR « MEURTRE, COMPLICITÉ ET DÉTENTION ILLÉGALE D’ARME À FEU » Nazer Keita condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme Georges Keita acquitté

JUGÉS POUR “MEURTRE, COMPLICITÉ ET DÉTENTION ILLÉGALE D’ARME À FEU” Nazer Keita condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme Georges Keita acquitté

La Cour d’assises a tranché, hier lundi 11 novembre, l’affaire ministère public contre Nazer Keita et son fils Georges (âgé de 25 ans) accusés de « meurtre, complicité et détention illégale d’arme à feu » sur Marc Keita, le fils de son défunt frère

Cette affaire a été jugée en présence de la mère, du frère et des parents des deux parties. Les faits remontent à novembre 2014, lorsque la disparition du livre scolaire de Christine, fille de Nazer fut constatée dans la famille Keita à Kati. Par la suite, Christine suspecta Pierre, le fils de Marc Kéita. Ce dernier, irrité par les soupçons portés sur son fils, réagira par des injures graves. Ainsi, la situation se dégrada entre les deux personnes et aboutira à un affrontement physique entre le père de Christine, le nommé Nazer et son neveu Marc, dans la nuit du 21 au 22 novembre 2014. Au cours de cette altercation, un des enfants de Nazer, du nom de George, s’est saisi d’un caillou pour porter un coup à la tête de Marc. Ainsi, Nazer lui-même accourut avec un pistolet artisanal et ouvrit le feu sur son neveu Marc Keita, qui trouvera la mort sur place. Nazer et son fils furent donc interpellés pour « meurtre, complicité et détention illégale d’arme à feu ». Nazer fera un aveu de meurtre tant à l’enquête préliminaire qu’à l’information. Son fils Georges, qui tentait de nier sa participation à l’incident, fut par la suite confondu d’y avoir participé. Quant à sa femme, qui a assisté au début de la rixe, voyant la querelle dégéné rer, elle a immédiatement alerté le voisinage pour séparer les belligérants. Devant la Cour, l’accusé Nazer reconnut les faits. Il expliqua toutefois que « la victime, sous l’effet de l’alcool et muni d’un couteau s’en est pris à moi. Aussi, il a proféré des injures graves à mon endroit. C’est pourquoi, je me suis servi de mon arme artisanale contre lui ». Quant à Georges, il essaya tout d’abord de nier les propos tenus à l’instruction, mais la présidente de la Cour l’obligea à dire la vérité sur les circonstances exactes des faits qui lui sont reprochés. C’est ainsi qu’il soutiendra avoir prêté main-forte à son père Nazer au cours de la rixe. Pour le témoin Tiésa et la mère de Marc, il reste constant que Nazer et sa famille ont délibérément assassiné Marc Kéita. Dans son réquisitoire, le ministère public a demandé à la Cour de le retenir pour « homicide volontaire » conformément à l’article 199 et 24 du Code Pénal alinéa 3. Quant au premier avocat de la défense, il dira : « Je qualifierai cet acte de drame familial. Et le perdant aujourd’hui, c’est la famille Keita « , a-t-il dit. Et d’ajouter : « C’est un homicide involontaire et la légitime défense est constante dans l’affaire telle que définie dans le Code pénal ». Par rapport à la complicité de Georges, un autre avocat a rappelé au ministère public que les témoins n’ont pas apporté de preuve suffisante pour la manifestation de la vérité. Au terme des débats, la Cour dans sa sagacité a acquitté George, accusé de simple « complice ». Elle condamnera Nazer à cinq ans de prison.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *