Jugés pour détention de » munitions de guerre en relation avec une entreprise terroriste: « Nazi Ould Omar et Aziz Ould Dleila recouvrent la liberté

La Cour d’assises de Bamako a acquitté les nommés Aziz Ould Dleila et Nazi Ould Omar, inculpés courant 2017, à Almoustrat, à Tombouctou pour des faits d’ »association de malfaiteurs, port illégal d’armes et de munitions de guerre en relation avec une entreprise terroriste et complicité d’actes de terrorisme ».

 

Selon les informations résultantes de l’arrêt de renvoi, les nommés Aziz Ould Dleila, Nazi Ould Omar, Hamadi Ould Ameyma, suspectés d’appartenir au groupe  » Almourabitoune » ont été appréhendés, en 2017, aux alentours d’Almoustrat, dans la région de Tombouctou, par la Force Barkhane, lors d’une patrouille. Par la suite, ils ont été mis à la disposition de l’armée malienne puis seront inculpés d’« association de malfaiteurs, port illégal d’armes et de munitions de guerre en relation avec une entreprise terroriste et complicité d’actes de terrorisme », faits prévus et punis par les articles 6 et 13 de la loi N°08-025 du 23 juillet 2008 portant répression du terrorisme en République du Mali.

Considérant que l’inculpé Hamadi Ould Ameyma a nié à l’enquête préliminaire et devant le magistrat instructeur les faits à lui reprochés,  soutenant avoir été enrôlé de force par l’organisation criminelle, qui lui a fait subir d’énormes sévices corporels dans le seul but de lui faire accomplir ses volontés et qu’il doit son salut grâce à la Force Barkhane et affirmant n’avoir jamais participé aux combats aux côtés d’aucun groupe terroriste, à plus forte raison ce groupe criminel dont il ignorait l’ambition, le suspect Hamadi a été relaxé par la justice.

Mais, les nommés Aziz et Nazi ont été retenus pour les faits relatés plus haut. Ils déclareront par la suite devant le magistrat instructeur avoir appartenu à un groupe terroriste et adhéré volontairement à  » Al Mourabitoune « . C’est ainsi qu’ils ont appris à manier les armes et les pratiques de la prière accompagnées de la lecture du Coran ; reconnaissant aussi avoir été appâtés par des promesses d’argent et d’autres avantages.

Devant la Cour, les nommés Aziz et Nazi ont nié en bloc les propos tenus devant le magistrat instructeur au cours de l’enquête préliminaire. A  les entendre, «  ils sont des bergers de profession et  ont été arrêtés par la Force Barkhane pendant qu’ils cherchaient des chameaux perdus dans la localité de leur arrestation ».

Le président de la Cour s’intéressera aussi de savoir quels liens unissaient les deux  accusés. Puisqu’ils étaient ensemble le jour de leur arrestation. En réponse, les deux hommes révéleront appartenir à la même tribu. Et malgré les injonctions du Procureur, ils n’ont pas varié leur version des faits. Et soutiendront qu’ « ils n’ont pas été arrêtés en possession d’armes et n’ont jamais fait partie d’un quelconque groupe criminel ».

Dans son réquisitoire, le parquet demandera à la Cour de les maintenir dans les liens de prévention d’appartenance à un groupe criminel. Puisque les objets scellés n’ont pas été versés dans le dossier. Quant à l’avocat des accusés, il a été surpris par la dénégation de ses clients devant la Cour. A telle enseigne qu’il demandera aux accusés de dire toute la vérité. « Les faits sont constants pour leur appartenance à un groupe de combat. Ce sont toutefois des délinquants primaires, je demande qu’on leur accorde des circonstances atténuantes. S’agissant de la détention illégale d’arme, je plaide non coupable « , a dit Me Abdoulaye Dramé à la Cour.

La Cour, dans sa souveraineté, a acquitté les nommés Nazi Ould Omar et Aziz Ould Ameyma.

Oumar  BARRY

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *