Jugé pour » coups mortels » sur son épouse: Daouda Coulibaly écope de la peine de mort

La Cour d’assises de Bamako a condamné, hier, mercredi 30 septembre, Daouda Coulibaly à la peine de mort pour  » coups mortels  » sur son épouse Djénéba Coulibaly, et, pour  » tentative de viol  » sur la femme d’un pasteur. Cette affaire s’est passée courant 2018, à Danderesso, dans la région de Sikasso.

 

C’est le mardi 30 janvier 2018, vers 5 heures du matin, que Dadouda Coulibaly rejoignant son épouse Djénèba Coulibaly dans la cuisine, l’invita dans la chambre pour entretenir des rapports intimes. Le refus de cette dernière entraînera une altercation entre les conjoints. Très contrarié, Daouda s’est saisi, plus tard, d’une hache pour assener des coups sur la tête de l’épouse, qui s’écroulera dans la cuisine. C’est ainsi qu’il enfourcha son vélo pour se rendre au domicile du Pasteur de l’Église Apostolique du village. Où il tomba nez à nez avec l’épouse du pasteur, du nom de A.S, qui se rendait aux toilettes.

A la vue de celle-ci, Daouda Coulibaly se figea, puis, sans gêne, lui exprima son envie d’entretenir des rapports sexuels avec elle. Cette présence et cette demande incongrues donnèrent des ailes à AS, qui courut se refugier dans sa chambre Mais elle fut rejointe et terrassée par Daouda, qui se jettera sur elle. Devant la résistance de celle-là, qui arrivera à le prendre par la gorge s’entera de l’étrangler. Dans un ultime effort, elle parvint à pousser des cris de détresse, qui réveillèrent son époux, couché dans une autre chambre.

Le pasteur, face au spectacle de sa femme sur le point d’être violée par un homme, s’empara d’une brique en ciment et frappa la tête de l’inconnu, qui relâcha sa proie et s’affaissa. Le couple, paniqué, profita de cette situation pour courir se refugier dans une chambre. Emergeant de son évanouissement, Daouda Coulibaly se mit à proférer des insultes avant de déserter les lieux.

Ne trouvant rien de mieux à faire, il regagnera son domicile où il retrouvera  ces parents, qui avaient découvert le corps de son épouse. C’est ainsi qu’une enquête ouverte par le parquet a permis d’appréhender Daouda Coulibaly pour  » coups mortels  » sur sa femme et «  tentative de viol  » sur l’épouse du pasteur.

L’inculpé ayant reconnu les faits sans ambages tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur et le médecin, commis pour procéder à l’expertise mentale de l’inculpé, ayant conclu qu’il ne souffre d’aucune anomalie physique et psychique de nature à influer sur sa responsabilité Pénale, la culpabilité de l’accusé ne faisait donc plus de doute.

Dans le box des accusés, Daouda reconnaîtra les faits à lui reprochés. Il expliquera qu’il était envahi par des pulsions sexuelles la nuit des faits. S’agissant du «  viol  » de la femme du pasteur, il expliquera l’avoir confondue avec l’aide ménagère de celui-ci.

Quant à son avocat, il a mis en doute le rapport d’expertise mentale de son client. De ce fait, il évoquera l’article 28 du Code pénal, qui dispose dans son alinéa 1er,   »il n’y ni de crime ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action ou de légitime défense de soi-même ou d’autrui ».

Quant au Procureur, il a demandé de retenir l’accusé dans les liens de prévention suivant l’article 202 du Code Pénal, ayant écarté la thèse de la  » démence « , suivant l’expertise du médecin versée dans le dossier. il ne fait aucun doute que le prévenu souffre de trouble psychique. Circonstances aggravantes, les renseignements recueillis sur l’inculpé ne lui sont point favorables, révélant qu’il a fait l’objet d’une condamnation antérieure par le tribunal correctionnel.

A cela s’ajouteront les témoignages du pasteur et de sa femme, qui prouvent à suffisance la culpabilité de Daouda Coulibaly dans cette affaire de  » coups mortels et tentative de viol « 

La Cour dans sa sagesse a infligé la peine de mort à Daouda Coulibaly âgé 36 ans.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *