Fusillé par des braqueurs à Koulouniko pour sa Djakarta : il réussit à leur échapper pour regagner son domicile où il tombe et meurt

assassine terroriste islamiste bandits voleur immoler flamme brule

Chaka Traoré, 21 ans fils de Dantoumé et de Fatoumata Coulibaly, apprenti-chauffeur domicilié à Koulouniko, un quartier niché dans la colline non loin de Samé en Commune III du dstrict de Bamako, avait rendez-vous avec son patron pour un voyage matinal le samedi 5 décembre dernier. Aux environs de 3H du matin le vendredi, il avait sorti ses bagages et embarqué le sac de charbon de son patron  pour enjamber la route. Il croise le chemin d’une bande de braqueurs  qui avait voulu le déposséder de sa Djakarta, mais il réussit à les semer. Malgré des balles tirées  dans son dos, Chaka parvint à regagner sa famille où il s’évanouit dans la cour, sauvant sa moto, mais pas sa vie.

Les cas de braquages des motocyclistes sont courants à Bamako. Mais généralement en décembre, il ya plus de tueries en raison des fêtes de fin d’année. Les délinquants de métier et même des jeunes scolaires et autres chômeurs s’arment de pistolet de fabrication  artisanale pour déposséder les propriétaires de leurs engins à  deux roues qu’ils vont vendre et se faire de l’argent. La mort de Chaka Traoré, un jeune de Koulouniko vient confirmer cette remarque. Son patron l’avait instruit de se réveiller tôt car, ils devaient voyager tôt le samedi.

Il lui avait aussi remis de l’argent pour qu’il lui achète un sac de charbon. Le vendredi, vers 3H du matin, Chaka était déjà sur pied. Il a sorti sa Djakarta, ses affaires ainsi que le sac de charbon de son patron  et prit la route. En cours de chemin, il tomba dans une embuscade tendue par un groupe de délinquants armés. Ils le somment de leur remettre la Djakarta, mais Chaka rebroussa chemin et parvint à les semer. Pourchassé, il est fusillé et atteint au dos (lire photo). Pour autant, il a conduit sa moto  jusque dans la cour de leur famille où il tomba. Ses poursuivants  ont alors renoncé. Pour ses parents sortis après avoir entendu le bruit du moteur, il a perdu le contrôle de son engin. Ils l’ont évacué aux urgences du CHU Gabriel Touré où le médecin a constaté sa mort. C’est quand les impacts de balles ont été découverts dans son dos et au bras que les uns et les autres ont compris qu’il a été fusillé. Ses  parents  ont déposé plainte contre X au commissariat  de police du 2earrondissement. Le même jour, Chaka est accompagné à sa dernière demeure. Motocyclistes, réduisez au mieux vos déplacements surtout la nuit en décembre. Il y va de votre sécurité.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *