Faux monnayage à la foire de Bougouni : la police interpelle deux faussaires porteurs de 450 000 F Cfa de faux billets

Bakary Konaté, orpailleur de 37 ans, domicilié à Baguineda et N’Golo Traoré, un chauffeur âgé de 24 ans, originaire de Kati s’étaient retrouvés à la foire de Bougouni, le jeudi 6 mars 2014 pour écouler des faux billets. Il en est ainsi depuis deux mois. A chaque jour de foire, des faux billets de F CFA sont échangés sur le marché. Malheureusement pour les deux faussaires, ils ont été signalés à la police. Interpellés au marché et fouillés au corps, l’un a été retrouvé en possession de 450 000 F CFA en faux billets et l’autre de 113 000 F CFA en vrais billets.

liasse argent ( billet banque zone CFA)

Le Commissaire principal de police Ankoundia Napo, adjoint au commissaire en charge de la Commune de Bougouni et ses hommes étaient en branle ce jeudi 6 mars, jour de la foire. Car, depuis deux mois, à chaque jour de foire, des faux billets de banque sont blanchis au marché.

La tradition a été une fois de plus respectée. Des rumeurs en provenance du marché alertent les agents sur la présence de faussaires parmi les forains. Le Commissaire principal de police Napo, constitua alors une équipe pour aller vérifier les faits. Deux individus leur seront dénoncés. Ils sont interpellés et conduits au commissariat pour les besoins de l’enquête. L’un répond au nom de Bakary Konaté, orpailleur, âgé de 37 ans domicilié à Baguineda. Sa fouille a permis à l’enquêteur de sortir de ses poches 450 000 F Cfa en fausses coupures de 10.000 F et de 5000 F.

Son compagnon du nom de N’Golo Traoré, est un chauffeur de Kati, âgé de 24 ans. Il portait des vrais billets estimés à 113 000 F CFA. Interrogé sur la provenance de cette somme, il précise qu’il était venu acheter un bélier au marché de Bougouni, version confirmée par Bakary.

Ce dernier interrogé sur la provenance de ses faux billets, prétend les avoir ramassés en cours de route, contenus dans un sac en plastique noir. Les investigations ont établi qu’il est descendu du car qui le ramenait de Bamako avant le poste de contrôle à l’entrée de la ville et qu’il a fait le reste du trajet à pieds.

Pourquoi a-t-il agi ainsi ? Il répond que c’est par ce qu’il n’a pas de carte d’identité et qu’il a voulu se soustraire au contrôle. Interrogé une seconde fois, il dit avoir reçu les faux billets des mains d’un certain Aziz, Ghanéen de nationalité sur un site d’orpaillage et qu’il avait choisi le jour de la foire pour les blanchir. Le lundi 10 mars, ils ont été tous mis à la disposition du procureur.

SOURCE / AUTRE PRESSE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *