FAITS DIVERS: Elle avait braqué son couteau sur le cou de Kamissa

Saran avait bien préparé son coup, puisque très tôt le matin quand elle partait faire son marché, elle avait emporté le plus gros de ses couteaux pour le limer.

incroyable vrai logo faits divers

Sur la route du marché Sanaba avait remarqué le couteau dans le panier de sa copine. Elle avait posé cette question en bambara «Né dakawili o tuma awou béna fagali kèbiwa… » Traduction (ma chère je te vois avec un couteau, est-ce que vous allez abattre aujourd’hui ?) vous entendez abattre un animal de bonne chair ? L’autre n’avait rien dit, elle avait tout simplement ignoré la question de sa copine qui n’insista pas.

C’est donc le soir aux environs de 20h que Saran était en compagnie de sa fille Lagaré (à peine 10 ans). Alors Saran demande à Lagaré d’aller chercher Kamissa dans la famille contigüe ; celle-ci s’introduit aussitôt et sort en compagnie de Kamissa qui arrive tout sourire.
Elle est cueillie à sec par Saran qui immobilise le couteau sous le coup. Surprise par la brutalité de l’acte, la voix très sérieuse de Saran et la détermination que dégageait son regard, Kamissa qui était brisée derrière ne faisait que supplier Saran de baisser d’abord son couteau pour qu’elles discutent. Aussitôt Saran…: « Toi et moi discuter de quoi prostituée… ». Kamissa avait tout compris, elle savait que son jeu était découvert, alors elle rassure Saran : «Ma copine, cette histoire entre moi et ton mari est finie, elle n’a duré que 3 mois, je te le jure… ».
Alors Saran tout en sueur ordonne à Lagaré de lui donner le sachet plastique sur la bordure du pont, ouvre-le et donne moi le Coran qui est dedans, Lagaré s’exécuta. Elle se saisisse du Coran avec l’autre main et ordonna à Kamissa d’y poser une main et de jurer ne plus revoir son mari.
Tremblant de tout son corps, Kamissa posa sa main et jura sur le Coran de ne plus voir le mari de Saran. Elle avait juré en ces termes : «Je jure de porter à Alou le pantalon de mon père… »Ce qui voudrait dire qu’elle a jurée de ne plus coucher avec Alou.
Autrement dans nos sociétés, trahir ce serment équivaudrait à la mort instantanée, il parait que ça ne s’est jamais démenti. Saran avait fait répéter 4 fois cette formule par Kamissa pour conférer à l’acte tout son crédit. C’est alors qu’elle avait finalement libérée Kamissa.
La réalité de l’histoire c’est que les dames vivaient dans le même carré et il arrivait qu’elles se tressent, prennent du thé, organisent des soirées…. Mieux Kamissa avait souvent la manie d’aller demander des services à la femme de son copain, plusieurs reprises d’autres dames du quartier avaient attiré son attention sur des risques de telles pratiques.
En libérant Kamissa, Saran avait prononcé cette assertion «Si jamais, j’entendais autre chose, tu sais la prochaine fois ce que je suis capable de faire….. ».
Nous suivons cette histoire avec attention, on se fera le devoir de vous apporter la suite, car estimons qu’il y aura une suite.
Youba KONATE
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *