« Facebookan »: le réveil brutal !

Suite à la patrouille de grande envergure qu’a effectuée le ministre de la protection civile, les éléments de la brigade anti-criminalité ont découvert et appréhendé un fabriquant d’armes dans un bar de la place. Ce fait insolite a suscité des commentaires de la part des internautes. Votre Facebookan du jour !

Ali 24 : « des armes dans un bar »

Descente musclée de la brigade anti criminalité au bar << africando >> dans la commune I du district de Bamako. Les éléments de la BAC ont effectué une descente musclée dans le bar AFRICANDO sis à Banconi où ils ont découvert plusieurs armes blanches, notamment des machettes, des couteaux, des minutions et une forte quantité de drogue. Les opérations se poursuivent toujours.

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées.

Ama : « Le Mali n’avait pas cette image »

La justice populaire signifie absence d’autorités en la matière. Cet acte favorise la montée en puissance de la violence dans la capitale. Le Mali n’avait pas cette image. Le ministre, chef de la sécurité intérieure prendra toutes les dispositions en la matière pour rétablir l’ordre. Quelle éducation allons-nous laisser à la génération future. Quelle vision du Mali ? Des assassinats, des lynchages, des viols, des vols organisés. Le Mali souffre.

Vérité absolue : « n’importe quoi dans ce pays »

Sécurité de BAMAKO, du n’importe quoi dans ce pays. Le Mali est en zone rouge, tu parles seulement de BAMAKO, continuez de faire ces mauvaises analyses.

Général : « le sang a trop coulé »

Une bande d’apatrides aux commandes des forces de sécurité. Le Peuple malien doit se convaincre de la haute trahison de ces faux généraux, le sang a trop coulé, les populations souffrent de la cherté de la vie due à la forte taxation des importations (consommation) au nom d’une guerre qui ne fait le profit de ces malhonnêtes. Les vrais terroristes sont ces généraux de la sécurité. Les catalyseurs du désordre actuel sont ces généraux en charge de la protection des personnes et des biens. Les vrais assassins de jeunes soldats issus des couches pauvres pour le profit.

Kouma Ka missin : « Mais rien ne se passe »

La réalité est bien connue. Les criminels ont été dénoncés par les populations et identifiés par les services de polices, gendarmerie et autres. Mais rien ne se passe. Et si certains sont arrêtés, ils sont libérés aussitôt et deviennent libres de se venger sur leurs dénonciateurs et victimes.

Les victimes des criminels sont rançonnées par les gendarmes et policiers. La population est à la merci des policiers, gendarmes, djihadistes, brigands. C’est la triste réalité dans la sortie risque de couter cher au Mali très cher.

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *