Entretien avec Johan, Jeune noir et homosexuel : « Etre noir et gay c’est deux fois plus de problèmes »

A l’heure où la légalisation du mariage homosexuel divise en France et où près de quarante pays africains répriment toujours les relations sexuelles entre personnes de même sexe, jamais la question de l’homophobie chez les noirs n’aurait été aussi cruciale. Etant un blogzine engagé, Angazamag a décidé de donner la parole aux concernés, ceux donc on parle mais qu’on entend peu : les jeunes noirs homosexuel.

homosexuel gays pd bamako mali

Johan, Jeune noir et homosexuel de 24 ans tiens une chronique à succès sur sa page Facebook. Récemment, j’ai eu une conversation approfondie avec lui au sujet de ce qu’est la vie d’un jeune homme gay noir vivant en Île de France. A travers notre entretien  franc et honnête comme à son habitude, Johan à  travers son histoire et ses propres expériences prodige des conseils qui peuvent aider beaucoup d’autres homosexuels noirs à réaliser qu’ils ne sont pas seuls. Nous avons discuté d’un large éventail de sujets, de ses premières expériences homosexuelles, à la féminité en passant par la religion et la culture. Il a accepté de répondre à nos questions et déconstruire quelques mythes et idées reçues à propos de l’homosexualité dans les communautés noires.

–  Pour commencer, la question que beaucoup se posent : On nait homo ou on le devient ?

La question qui tue…

Je crois que personne ne peut répondre à cette question. C’est un débat sans fin. Même les homos ne sont pas tous du même avis. Et comme on n’a pas de réponse exacte à cette question, il y a une incompréhension totale entre nous et les hétéros. Certains pensent qu’on ne devrait pas se poser la question. Ils se disent qu’ils sont homo et peu importe s’ils sont nés comme ça ou pas, ça change rien à leur sexualité.

Personnellement je trouve dangereux de dire qu’on naît homo, parce que ça voudrait dire qu’il y a quelque chose dans les gênes qui détermine l’homosexualité d’un être humain. Et là ce serait la porte ouverte à la chasse aux homos, à toute sorte de manipulation génétiques, à la barbarie, au génocide pourquoi pas et j’en passe. De toute façon je ne pense pas que l’attirance sexuelle (homo ou hétéro) soit inscrite dans nos gênes. Ca m’a l’air beaucoup plus complexe.

D’un autre côté, je trouve aussi dangereux de dire qu’on le devient parce qu’on n’a pas eu d’amour paternel, parce qu’on a été déçu par une fille, parce que c’est la mode ou autre. Pour moi il n’y a aucune raison connue à ce jour. Ce qui est sûr c’est que tu l’es ou tu l’es pas. Tu ne peux pas décider d’un coup d’être homo ou hétéro, sinon demain je le fais, je deviens hétéro et je dis au revoir aux insultes homophobes… Franchement faudrait vraiment être fou ou maso pour vouloir devenir homosexuel dans un monde où l’homosexualité reste globalement très mal vue.

Finalement je suis incapable de répondre à cette question. Tout ce que je peux dire, c’est que peu importe le moment où tu « découvres » (ou plutôt ouvres les yeux) sur ton homosexualité, tu sais qu’au fond tu l’as toujours été. Je ne dirais pas depuis la naissance parce que je n’en sais rien. Mais aussi longtemps que tu t’en souviennes, cette attirance était là.

Et sinon, moi aussi je me demande… on naît hétéro ou on le devient ?

–  Justement,  les chercheurs sont unanimes sur le fait qu’il y a suffisamment de preuves de la biologie, de l’anthropologie, de la psychologie et de la sociologie sur l’existence irréfutable d’un potentiel ou d’une capacité pour quelque chose qui peut être appelé ‘sexuel’ chez le jeune enfant. la psychanalyse freudienne explique par exemple que la prise de conscience de la sexualité se fait par une évolution de l’enfant à travers des caractères pulsionnels d’ordre sexuel qui vont muter et passant par plusieurs stades pour aboutir à la sexualité génitale d’adulte… Et du coup toi, vers quel âge as-tu pris conscience de ton homosexualité ?

Je me souviens que tout petit j’étais déjà attiré par les autres petits garçons, mais je ne faisais pas attention, pour moi c’était rien de spécial et ça n’avait pas de nom. Dès le début du collège j’ai commencé à comprendre et ça m’a fait flipper donc j’évitais d’y penser, je ne voulais pas le croire. J’avais tellement peur d’ouvrir les yeux que je me suis complètement renfermé jusqu’en classe de seconde à peu près. En fait j’ai réellement pris conscience de mon homosexualité vers 13 ou 14 ans en faisant quelques recherches sur Internet. L’horreur ! Je n’avais pas peur d’être homosexuel au fond, c’était les autres et leur réaction qui me terrorisaient. Donc le reflexe a été de jouer un rôle d’hétéro pour pas qu’on découvre mon homosexualité.

–  Oui, tu le racontes très bien dans ta Chronique Facebook. Tu as fait semblant d’être hétéro jusqu’à tes 21 ans où tu as tout révélé. Aujourd’hui, tu en as 24. Pourquoi avoir décidé d’ailleurs de tout raconter sur Facebook maintenant?

Un jour j’ai découvert le « monde des chroniques » sur Facebook. J’ai trouvé le concept simple et intéressant. Ce qui m’a plu c’est le fait de s’ouvrir et d’échanger d’humain à humain. Après une longue réflexion et une nouvelle de dingue qu’on m’a apprise sur un ex, j’ai décidé de me lancer.

A la base, c’est plus une thérapie, une version publique de ce que j’ai pu écrire dans des espèces de carnets d’humeurs que je tiens depuis le lycée pour me défouler. C’est dur de se replonger dans ces souvenirs mais c’est plutôt bénéfique. Et dans un deuxième temps, cette chronique est une façon de donner la parole à un homosexuel pour une fois ! Elle me permet de m’exprimer sur des sujets et des situations problématiques que j’ai vécus en tant qu’homosexuel.

J’essaie aussi de montrer aux autres qu’il n’y a rien d’extraordinaire à être homo, qu’il faut voir plus loin que ses préjugés, qu’il faut s’informer avant de juger, etc. Et je me rends compte que ça marche parce que beaucoup d’hétéro (même croyants) m’écrivent pour me dire qu’ils se rendent compte qu’un homo n’est pas si différent que ça. Ils me disent que je leur ai ouvert les yeux, qu’ils sont beaucoup plus tolérants et ils se trouvent même des points communs avec moi ! Je suis particulièrement touché par ce genre de messages parce que c’est vrai que je suis comme tout le monde.

La réaction des gens à la révélation de ton homosexualité?

Globalement mauvaise voire très mauvaise.

Le problème c’est que j’ai fait mon coming-out après avoir présenté ma petite amie à mes parents (pour faire court). Jusque là je jouais à l’hétéro parfait auprès de tout le monde, alors forcément mon coming-out a été un coup de théâtre. Il s’est très mal passé. J’ai dû quitter le foyer familial presque instantanément et il y a eu violence verbale et physique. La totale !

Les rapports avec mes parents ont été difficiles, aucun des deux n’a accepté mon homosexualité. Au niveau de mes amis la pilule a aussi été dure à avaler. Ce que je comprends aujourd’hui, même si j’ai très mal vécu le rejet à l’époque. Certains de mes proches sont revenus vers moi par la suite. Pas tous, mais c’est déjà ça de pris !

Je terminerais en disant « chacun son coming-out ». Pour certains ça passe, pour d’autres ça casse ! A des degrés différents bien-sûr.

–   Des regrets suite à ton coming-out? Avec le recul, si c’était à refaire qu’aurais-tu fait différemment ?

J’aurais encore un peu attendu pour mieux préparer mes parents. J’aurais révélé la chose à ma meilleure amie de l’époque plus tôt et avant tout le monde histoire de me soulager. J’aurais aussi attendu avant de faire mon coming-out pour être sûr d’être prêt, parce qu’avec du recul je trouve que je me suis laissé emporter par mes sentiments…

Mais j’évite d’y penser, ça s’est passé comme ça s’est passé. Sans oublier que par la suite j’ai vécu des choses positives que je n’aurais jamais pu vivre sans avoir traversé ces épreuves. J’ai pu faire le ménage dans mon entourage aussi… Quelque part c’est un mal pour un bien même si ce n’est pas facile.

–    As-tu l’impression que les choses auraient été plus faciles avec ton entourage si tu avais été…disons-le « Blanc » ? Quel est l’importance du facteur culturel ?

Carrément plus facile oui ! Je ne veux pas sous-estimer le coming-out des homosexuels Blancs, mais je pense que généralement il est plus difficile d’être Noir et homosexuel. D’abord parce que la communauté noire accorde beaucoup d’importance au regard des autres, au mariage et à l’image de la famille. Et ensuite parce que la communauté noire est très homophobe en majorité. C’est limite normal d’être Noir et homophobe, c’est dans les mœurs et c’est mal vu de ne pas l’être. Etre Noir, c’est être hétérosexuel. Obligatoirement. Ca doit faire partie de ton identité, sinon t’es un « faux Noir », un « aliéné »… Donc en tant que Noir et homosexuel je suis doublement rejeté et je n’ai pas le droit de m’exprimer sur les questions noires.

Ce que je trouve dommage c’est qu’au sein de la communauté noire l’homophobie ou les préjugés sur les homosexuels viennent essentiellement des croyances religieuses. Ce qui fait qu’il n’y a aucun moyen d’établir un vrai dialogue. Quand j’essaie d’expliquer ce que je suis à un(e) Noir(e), je me heurte à un mur qui me dit « oui mais dans la Bible, c’est écrit « tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme ; c’est une abomination » ». D’accord, mais dans ce cas il n’y a plus de dialogue possible. Tu as tes croyances, tu ne peux pas t’en détacher et surtout tu les considères comme vérité absolue. Comme si tout le monde tournait autour de tes croyances. Je ne peux donc pas lutter. Je respecte les croyances de chacun, mais c’est trop facile de se cacher derrière ça.

« C’est contre-nature », « c’est une déviance », « c’est s’opposer à la reproduction entre l’homme et la femme »… Absolument tous les arguments anti-homo que la communauté noire utilise proviennent de la religion. C’est dommage parce qu’ils passent le plus souvent pour des fanatiques religieux et aussi pour des hypocrites puisque très peu d’entre eux respectent ce que dit la Bible sur le vol, la fornication et le mensonge, ils s’adonnent avec plaisir à certains pêchés mais s’estiment quand même parfaits. Résultat, on se retrouve dans une impasse.

–  Je pense que ce n’est pas uniquement valable  pour les noirs. Les blancs aussi utilisent les mêmes arguments.

Oui c’est vrai que tout ce que je viens de dire est valable pour une famille de Blancs d’origine italienne très à cheval sur les traditions, la religion, la famille. Mais ce qui rend les choses délicates chez les Noirs, c’est qu’on est en « mal » identitaire. Et je pense que pour eux, accepter l’homosexualité, c’est comme « entacher » l’image du Noir. C’est comme détruire quelque chose qui nous différencie du Blanc « pervers, colonisateur et à l’origine de toutes les déviances ».

Dans tous les cas, qu’ils le veuillent ou non, les Noirs homosexuels existent et aucun Blanc n’est venu m’injecter un produit pour que je devienne gay.  Si on existe, c’est pour une raison. On fait partie de ce monde, on représente la diversité sexuelle des êtres vivants et il faut faire avec, dédramatiser la chose, s’unir pour construire tous ensemble, mettre toute son énergie et se battre contre les vrais ennemis. Ce n’est pas en se tirant dans les pattes qu’on va peser dans la balance et être crédibles. A bon entendeur.

–  Quelle est la proportion de gens autour de toi qui savent aujourd’hui? Dans la communauté noire justement  comme en dehors(travail, école, famille…)

Très peu, on va dire 30%. Toute ma famille de France le sait, celle qui est au pays ne le sait pas, j’ai choisi de ne pas leur dire. Mes amis les plus proches le savent et ils se comptent à peine sur les doigts d’une main. Les homosexuels, lesbiennes ou bisexuels que j’ai pu rencontrer le savent forcément. Par contre aucun collègue ne le sait.

Ce n’est pas parce que j’ai fait mon coming-out et que je m’assume beaucoup mieux que je dois crier mon homosexualité sur tous les toits. Je sélectionne ceux à qui je veux le dire et ça roule très bien comme ça. En plus, quelque part c’est privé, ça ne regarde personne.

Après j’assume mon homosexualité alors si une nouvelle rencontre me demande si j’ai « une copine » et comment elle s’appelle, je réponds que j’ai un copain, je n’essaie pas de mentir. Mais c’est vraiment si la personne prononce le mot « copine ». Si on me demande seulement si j’ai quelqu’un ou si je suis célibataire, je réponds simplement et de façon neutre.

–  Y a-t-il une autre discrimination (raciale par exemple) au sein de la communauté gay ?

Bien sûr ! Malheureusement ce n’est pas parce qu’on subit la discrimination, qu’on ne peut pas soi-même discriminer une autre « minorité ».

La communauté gay est majoritairement blanche (parce que ceux d’origines ethniques différentes se cachent et non pas parce que l’homosexualité est un truc de Blanc). Du coup, les Noirs gays sont souvent victimes de préjugés, les mêmes que subissent les Noirs hétéros. C’est pour ça que les Noirs doivent arrêter de se diviser selon leur ethnie, leur orientation sexuelle ou leur couleur de peau, parce que dans tous les cas un nègre reste un nègre aux yeux de beaucoup.

En gros, c’est simple : au sein de la communauté gay, le Noir est souvent vu comme le fantasme exotique au gros sexe. Pas très beau physiquement voire repoussant, mais avec un gros sexe. Un objet sexuel et sauvage qui sent le mafé, rien de plus, rien de moins. Ou alors il vient forcément d’une cité, il a 28 frères et sœurs, il n’a pas de papiers, il n’a pas fait de longues études ou n’est pas très intelligent, etc. Si on n’entre pas dans ces cases-là, on est l’exception ou le Bounty (Blanc à l’intérieur, Noir à l’extérieur)…

Certains homosexuels de la communauté sont juste racistes. Ils ont beaucoup de mal à accepter les personnes d’origine différente.

Il existe même de la discrimination entre homosexuels. Au niveau de l’âge (à 30 ans tu te fais déjà vieux), au niveau du physique, etc. Il y a des divisions, on s’auto-range dans des « catégories ». C’est triste mais tous les gays ne sont pas comme ça et c’est tant mieux !

– Une question que nous a posé une de nos lectrices qui lit ta chronique, et que je pense est de celles qui languissent de te voir en vrai : Pourquoi les homos se sentent obligés de s’afficher en ayant un look efféminé. Que penses-tu des gens comme Magloire et Vincent Mc doom ? Nuisent-ils à l’image des gays et particulièrement des noirs gays ?

Je ne vais pas mentir, on voit plus de mecs efféminés chez les homos. Mais ça ne représente pas tout le monde ! Beaucoup ne sont pas efféminés. Il ne faut surtout pas lier l’homosexualité à un comportement spécifique parce que c’est mettre les gens dans des cases.

Personnellement on me prend automatiquement pour un hétéro parce que je ne suis pas efféminé et parce que je suis pas fan de Lady Gaga. Un peu comme si être « masculin » faisait de moi un homo à part, un « faux » homosexuel. J’ai envie de dire aux hétéros qu’il n’y a pas une « façon » d’être homo. Mais en fait, je ne sais pas si je dois leur en vouloir parce qu’au fond, la seule image qu’ils voient de nous, c’est celle diffusée à travers les séries, les films et les émissions en tout genre. C’est tellement systématique comme représentation que je suis persuadé que ça pousse certains jeunes homosexuels à adopter ce comportement maniéré, pour ne pas se sentir à part. Et je trouve que c’est grave de ne pas pouvoir être soi-même juste pour correspondre à ce que les médias montrent. Quelque part, ça veut aussi dire que les clichés homophobes véhiculés un peu partout ont un pouvoir sur les homosexuels.

 

Les mecs efféminés comme Magloire et McDoom je les respecte. Ils sont comme ils sont et ils ont aussi le droit à la tolérance. Le problème ce n’est pas le fait qu’ils soient efféminés, c’est qu’ils sont quasiment les seuls à nous représenter, Noir ou pas. Résultat, les hétéros nous associent tous à leur comportement. Donc oui on peut dire qu’ils nuisent l’image des homos… mais malgré eux.

Je vais être franc, je n’ai pas toujours pensé comme ça. Pendant très longtemps je leur en voulais et je les supportais pas, ils me faisaient honte en tant qu’homosexuel et en tant que Noir. Je voulais qu’une chose, qu’ils se retrouvent au chômage. Pour moi, c’était à cause d’eux que mes parents et mes potes étaient si homophobes. Mon père et ma mère pensaient que j’allais devenir Mc Doom ! C’était à cause d’eux (et de ceux qui défilent à la gay pride) que faire son coming-out était pire que lâcher une bombe. Parce qu’au final, c’est à travers leur image que les hétéros nous voient tous comme des mecs plein de paillettes avec des ailes de papillons roses dans le dos, comme des mecs qui côtoient forcément le milieu gay aussi, alors qu’on n’est pas tous comme ça. On est tous différents. Comme beaucoup d’autres homos, je ne me reconnais pas du tout dans ce que la télé montre des homosexuels. Je trouve cette caricature dangereuse.

Sans vouloir faire de discrimination, je vois vraiment cette mise en avant des homosexuels très efféminés et très extravertis d’un mauvais œil. Ca me rappelle cette tendance à représenter les arabes comme des terroristes. J’ai l’impression que dans notre cas, le but est d’encourager l’homophobie et en plus ça met les homos efféminés mal à l’aise parce qu’ils ont l’impression d’être la cause de tous nos problèmes. A ce propos, il faut savoir qu’il y a une petite « guerre » dans la communauté gay entre les efféminés et les autres. Ils ne se comprennent pas et on en surprend certains à tomber dans l’homophobie. C’est un cercle vicieux. Au final, peu importe ce que l’on est, il y aura toujours des divisions basées sur les différences de chacun.

– Et on ne saurait clore sans parler de l’actualité. La loi autorisant le mariage de couples homo vient d’ête votée à l’Assemblée Nationale en France malgré une forte opposition d’une frange de la population. Ça t’inspire quoi ?

Je suis mitigé… J’étais pour le mariage pour tous (mariage civil et non religieux pour ceux qui confondent encore) et contre la PMA/GPA peu importe l’orientation sexuelle parce que j’ai peur qu’on tombe dans le trafic de nourrissons. Donc je suis content à 50%. Sinon, évidement je suis pour l’égalité entre homos et hétéros et c’est vrai que pour que ça se fasse, il faut faire passer des lois. Celle du mariage pour tous est un changement majeur et une avancée en soi ! On verra bien comment tout ça va évoluer.

La seule chose que je n’ai pas aimée, c’est le battage médiatique qu’il y a eu autour. J’ai mal vécu cette sur-médiatisation et je l’ai ressentie comme un moyen de déchaîner les Français, les distraire aussi et tout ça a sali la cause de base. Il y a quand même des milliers manifestants qui ont eu la force de descendre dans la rue et même d’en arriver aux mains, alors que pour d’autres causes tout aussi importantes au niveau de l’enjeu, tu vois 3 manifestants qui se courent après. C’est connu, les médias ont un pouvoir énorme et pour le coup ils l’ont utilisé pour nous « occuper » et je suis dégoûté qu’ils aient pris le mariage pour tous comme moyen. Mais bon ça, c’est mon avis.

Et au passage j’ai jamais vu autant de Noirs s’exprimer sur une cause, alors que d’habitude, sur les causes ou les questions noires par exemple, t’entends pas grand monde.

– Un dernier commentaire pour la fin ? un souhait à formuler ?

Pour les souhaits, j’en ai beaucoup. Déjà j’aimerais que les homophobes ou ceux qui ont des énormes a priori comprennent qu’il y a des homosexuels, c’est un fait et ce n’est pas un « choix de vie ». J’aimerais qu’ils comprennent que nous sommes des êtres humains comme eux et qu’on a le droit au respect autant qu’eux. Ca a l’air bête et démago de le dire, mais c’est vrai et on le rappellera jamais assez. J’aimerais aussi qu’ils arrêtent de nous comparer à des criminels pédophiles, à des zoophiles ou à faire des liens avec l’inceste, parce c’est complètement différent. Mais surtout j’aimerais avoir le droit de vivre ma vie et d’être ce que je suis sans subir des pressions gratuites et infondées, surtout pour quelque chose que je n’ai pas choisi.

Merci Angazamag de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer !

–  Merci d’avoir pris la peine de nous accorder cet entretien.

 

Source: Malaictu.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *