ECOSUP/ Alternance : Le directeur des études abandonne son poste, après avoir chamboulé la comptabilité

Le directeur des études de l’école supérieure des métiers du commerce et de la gestion (ECOSUP/Alternance) a abandonné son poste en pleine année scolaire. Depuis 2004 (date de création), le sieur Yaya Gazère Maïga fut la première personne à collaborer dans la gestion de cette entreprise privée (ECOSUP) en le nommant en qualité de Directeur des Etudes.

C’est entre 2010- 2011que  toute la comptabilité d’ECOSUP/ALTERNANCE  commence à chambouler. L’homme a visiblement perdu la raison ce, au regard des recrutements aux relents douteux. Ont été en effet embauchés par ses soins, et en qualité de professeurs, des postulants ne possédant pas de  diplôme du Brevet technicien (BT).

Et quand il lui fut demandé de produire un rapport financier, il ne put, là non plus concevoir un document digne d’intérêt.

Pis, M. Yaya Gazère Maïga a fut accusé par des parents d’élèves d’actes d’indélicatesses sur leurs filles… Naturellement, pour toutes ces raisons, l’Ecole  vit ses courbes de valeur  tendre vers le bas. Raison suffisante pour l’administration scolaire de réagir.

L’article 5 de son contrat de prestation de servicedispose que « la résiliation du présent contrat peut intervenir dans les conditions suivantes : En cas d’expiration du terme et en cas de manquement aux obligations respectives des parties. La partie qui prendra l’initiative de la rupture est tenue d’en aviser l’autre au moins deux mois  à l’avance. Toutefois, en cas de faute lourde, l’employeur se réserve le droit de résilier le présent contrat sans préavis ». 

En clair, au regard de l’article en question et de «la faute grave» y afférant, le sort de M Yaya Gazère Maïga était scellé. Mais qu’à cela ne tiennent !

Dans un tout autre registre, M Yaya Gazère Maïga ira jusqu’à s’opposer plus tard au respect des textes dont le règlement intérieur de 2015 élaboré  par une commission de rédaction de 30 personnes. Le texte en question dit ceci  dit ceci  dans son article 29 : « le directeur général est assisté  dans ses fonctions par le directeur général adjoint, le directeur des études et le superviseur général » et l’article 30 de disposer que « le DGA remplace le DG en cas d’absence, de vacance ou d’empêchement ». Et puisque le poste de DGA n’existait, il fallait le créer.

Le  PDG  élabora alors une note de service qui  nomme  un de ses fils, coordinateur du système LMD à l’annexe I, comme DGA.  En somme, quand bien même il soit le fils de son père, l’appelé ne déméritait point.

Mais dès  qu’il prit connaissance de décision de la hiérarchie, M. Yaya Gazère Maïga  protesta : « je ne suis pas d’accord ! Je ne peux pas travailler avec tes enfants, Mmonsieur le PDG ». Pourtant ses enfants sont en train de gérer son école ailleurs. Et il commença à  préparer son départ sans consulter qui que ce soit.

Il partit donc en pleine période des examens de fin d’année  sans préavis, ni  un simple appel téléphonique après avoir touché son salaire le 29 mai dernier. Un huissier du nom de Maitre Harouna sow s’est rendu  à l’Etablissement pour constater l’abandon de travail  et la disparition des notes ainsi que tous les autres effets.

Nous y reviendrons.

Saba Ballo                                                                                                                                         

Source :  La Sentinelle

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.