Drame familial : Modibo GAMBY, le magnat du Bazin riche «Vainqueur» tabasse à mort son fils prodigue et alcoolique

Modibo GAMBY, le tout puissant patron de la société de Bazin VAINQUEUR n’a pas supporté le comportement jugé indécent de son fils Fodé. La correction qu’il a prévu à cet effet tourne au drame. Fodé est tabassé par ses propres parents jusqu’à ce que mort s’en suive. Voilà un sujet qui mérite bien qu’on s’y attarde.

L’affaire remonte au 1er janvier 2016, date symbolique pour beaucoup de jeunes gens qui épongent encore les frasques d’un réveillon toujours chaud -chaud.

modibo-gamby-commercant

Au sujet de réveillon, disons que certains en ont vu une occasion rêvée de se mettre plein la gueule, les yeux et le ventre. Fodé GAMBY, fils de Modibo, magnat du bazin riche au Mali, fait partie des sommités de ces personnes citées. Le jeune homme est reconnu fêtard devant l’éternel, dépensier sans égal et grand abonné aux boissons alcoolisées et autre substances enivrantes.

Ce jour 31 décembre 2016, Fodé laisse Bamako aux « petits » et saute dans un avion ; direction : le Maroc. C’est dans ce pays du Maghreb qu’il a estimé bon passer son réveillon avec des amis ; à sa charge bien évidemment. Sur la question, Fodé n’a certainement pas à se gratter la tête. Papa est riche  et l’argent coule à flot. Mais là, il y a un souci. Comment Fodé a-t-il eu les moyens pour aller fêter au Maroc avec toute une colonie de potes?

La réponse à cette question varie d’une source à une autre. D’aucuns disent que c’est le riche Père lui-même qui a filé quelques millions au fiston pour la circonstance ; alors que d’autres soutiennent que Fodé a tout simplement puisé illicitement dans le coffre-fort de son boss de père.  En tout cas, il reste clair que Fodé n’a pas les moyens de sa politique. A 22 ans, Fodé est simple étudiant.

Alors, après une nuit bien pleine au Maroc, Fodé regagne le bercail. De l’aéroport international Modibo KEITA de Bamako Sénou, il se serait dirigé tout droit vers une boite de nuit bien connue de la capitale malienne ; où il resta jusqu’aux environs de 3h30 du matin.

A bout de force, Fodé décide de rentrer enfin à la maison. Mais le jeune est dans un état très second, conséquence d’une nuit fortement arrosée en boissons alcoolisées et autres substances délirantes.

A la maison, Fodé n’a pas le temps de fermer les yeux. Sa surprise est grande quand il voit surgir dans sa chambre son père Modibo et son oncle Assane. Les deux sont très remontés contre lui pour conduite indécente. Le temps d’une explication n’est pas donné et tout de suite, Fodé est attaqué par ses deux parents. Ils s’acharnent sur le jeune homme en état de d’ébriété avancée.  Coups de poings ; coups de pieds ; coups de tête ; tout y passe et repasse. Fodé n’en peut plus de recevoir les coups ; il s’écroule inconscient.

Il est transporté d’urgence aux soins sur insistance de sa mère, car Fodé se plaint du ventre et du dos. Son admission à l’hôpital ne suffit pas à calmer la douleur. Finalement, l’impensable se produit. Fodé est déclaré mort quelques temps après. Pris de panique, Modibo le père tente d’étouffer l‘affaire mais le médecin ayant constaté la mort refuse de le suivre. Le papa meurtrier aurait tenté de quitter le territoire selon  des sources ; là encore rien à faire. Modibo est finalement interpellé par les  services de sécurité malienne et mis à la disposition de la justice.

Aux dernières nouvelles, il aurait versé une caution de 40 millions CFA pour avoir la liberté provisoire et assister aux funérailles de son fils Fodé.

Contactée par nos soins, la famille Gamby s’est montrée plutôt hostile à discuter avec nous. Fousseyni Gamby, l’oncle du défunt, a finalement donné suite à notre appel mais rien à dire sur la mort tragique de Fodé.

Aujourd’hui, Modibo GAMBY, selon des proches, est très affecté par cette lourde charge d’être vu comme le père de famille qui a tabassé son propre fils jusqu’à ce que mort survienne. Et là, puissant soit –il, c’est un poids qu’il va trainer jusqu’à la fin de ses jours.

Seybou KEITA

 

Source : Delta News

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *