DAOUDABOUGOU : UN BRAQUEUR TRÈS MAL INSPIRÉ

Le malfrat ignorait à qui il avait à faire. Et il s’en rendit compte trop tard

«Quand le chien de l’imprudent chasseur s’attaque à une espèce inconnue en brousse, il expose son maître à d’éventuels risques périlleux» (Sagesse bambara).

Les faits sont survenus le samedi 12 octobres 2019 vers 5 heures à Daoudabougou non loin de l’Ambassade d’Algérie. Un passant, sur sa moto Jakarta à la recherche d’un taxi au profit de sa mère en instance de voyage, a été pris pour cible par de jeunes délinquants en quête de proie facile.
Pensant être en face d’une cible idéale (la moto en question est neuve et la victime était seule), ils ont ouvert le feu sur la cible. Fort heureusement : ils visaient mal. Toute chose qui alerta la victime.
Alors la riposte ne se fit point attendre. Elle fut prompte, nette et précise. Rien d’étonnant. Et pour cause. Le passant en question est un élément de la FORSAT (Force Spéciale Antiterroriste). Et pour qui connait la qualité de la formation des éléments de cette structure…
Esquivant les coups de feu des braqueurs, l’élément du FORSAT se laissa tomber mais parvint à se servir de son arme avant d’atteindre le sol. Il tira à son tour sur les deux braqueurs et lui ne rata pas sa cible.
Celui atteint par la balle tomba pendant que son complice, ayant compris qu’ils avaient en face d’eux plus aguerris qu’eux, enfourcha la moto (la leur) et pris la tangente, laissant derrière lui son second gisant dans son sang.
Le malfrat, mortellement atteint par trois balles dans le thorax criait au secours. Alors l’élément du FORSAT appela immédiatement les sapeurs-pompiers en vue de l’évacuer sur l’hôpital Gabriel Touré. Mais selon toute évidence, il avait perdu des fonctions vitales. Il succomba à ses blessures à l’hôpital.
Son arme pistolet automatique (PA Russe), garnie de six cartouches dont une engagée a été déposée par l’élément de la FORSAT à la police du 4e arrondissement de Bamako ou une enquête est ouverte.
L’individu n’est pour l’heure, identifié et son corps se trouve à la morgue de l’Hôpital Gabriel Touré.
C’est le lieu de le dire : cette nouvelle force antiterroriste (FORSAT) a été formée par la force spéciale française, le RAID.
La sélection de ces éléments a été faite d’une manière transparente par le RAID français sans aucune complaisance ou favoritisme. Les critères de sélection étaient assez pointus.
Les plus méritants ont été sélectionnés et ont suivi une intense et dure formation, afin de faire face aux défis actuels du monde en général et du Mali en particulier.
C’est une unité d’élite formée et aguerrie dans la libéralisation des otages des mains de leurs bourreaux ; la neutralisation des terroristes en cas d’incursion dans un lieu fréquenté, etc.
Et le saviez-vous ? C’est un sergent-chef de cette unité qui a été pris pour cible par le défunt braqueur. Il a véritablement été mal inspiré. Très mal inspiré !

Nous sommes le GROUPE KOJUGU KELEBAA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *