« Call me center » : de fortes suspicions d’abus sexuels pèsent sur des agents superviseurs ?

Le centre d’appel « Call Me » est une société qui effectue des prestations de services pour les sociétés de téléphonie mobile. Il est en partenariat aussi avec le Gouvernement et d’autres particuliers pour divers besoins, mais spécifiquement pour la fourniture des services. Surtout, ceux adressés à la clientèle des sociétés partenaires. À cet effet, la société recrute plus d’une centaine de jeunes diplômés, qui sont formés et confiés à des superviseurs à qui ils rendent compte directement. Cependant, il nous a été confié que certains de ces superviseurs abusent des pouvoirs dont ils disposent à l’endroit des jeunes filles et même des femmes mariées.

call me centre appel micro casque telephone

Dirigé par le très dynamique Adama Traoré, ‘’Call me Mali’’ est sis dans la zone ACI 2000. Il s’occupe du service client de l’opérateur de téléphonie mobile Orange Mali. Après avoir recruté et formé les agents en charge du service client d’Orange Mali, ces derniers sont directement rattachés à un superviseur dont le simple rapport peut les faire partir sans contradiction aucune. Selon notre informateur qui a bien voulu gardé l’anonymat, les superviseurs qui sont au nombre d’une dizaine et majoritairement constitués d’homme font la pluie et le beau temps au niveau de ‘’Call me Mali’’.

En temps normal, la mission d’un superviseur doit se limiter à veiller à ce que les agents télé-conseillers exécutent normalement leurs taches et de prendre la relève au cas où ces derniers n’arrivent pas à satisfaire un client abonné aux services d’Orange-Mali.

Cependant, profitant des nombreux pouvoirs légués à eux par la direction, certains d’entre eux s’adonneraient à des chantages à l’endroit des charmantes demoiselles et même certaines femmes mariées relevant de leurs responsabilités. « Si tu es harcelée par un superviseur et que tu cherches à te plaindre, la direction ne prend pas le soin de t’écouter.

La hiérarchie te demande de rendre compte à ton superviseur tout en t’expliquant que c’est à ce dernier de faire remonter l’information. C’est justement à cause de cela que les superviseurs arrivent à leurs fins le plus souvent », a bien voulu confié notre informateur. Et d’ajouter que les agents télé-conseillers qui refusent de satisfaire les sollicitations des superviseurs en question n’ont jamais un deuxième contrat au niveau de ‘’Call me Mali’’.

« Pour avoir plus d’un contrat, il faut soit avoir un parent bien placé au niveau d’Orange soit avoir accepté les avances des superviseurs », a-t-elle confié à notre rédaction. Selon notre source, un des superviseurs serait allé jusqu’à affirmer qu’il préfère les dames mariées car ces dernières sont moins contraignantes.

En plus de cette situation, nous avons appris que beaucoup d’employés sont soumis à des pressions extrêmes dans leur lieu de travail.  Car, à en croire certains employés, « souvent les appels tombent comme des gouttes de pluie et l’agent « call me » du plateau à l’obligation d’enregistrer toutes les requêtes au détail près ». Et la moindre erreur peut être synonyme de licenciement.

Par ailleurs, il faut aussi dénoncer la mauvaise conduite de certains agents télé-conseillers qui sont des arnaqueurs, dragueurs et ‘’blablateurs’’ et qui ternissent l’image de « Call me Mali » par leurs mauvaises conduites.

Le cas du jeune agent qui a tenté d’arnaquer un sergent de l’armée en décembre dernier en est une preuve. Autant de faits qui nécessitent à la fois des investigations internes et, par ricochet, des sanctions pour mettre hors d’état de nuire ces agents véreux et pervers qui ternissent l’image de cette structure si importante. Tant de par ses missions que par sa contribution en matière de lutte contre le chômage des jeunes.

 

KANTAO Drissa

Source: Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ORTM en direct