Bavure policière : Le jeune Fousseyni Ouattara enfin inhumé

Fousseynou Ouattara

Fousseynou Ouattara

Battu à mort en Août 2012 par des éléments du commissariat de police du 3e arrondissement dans une affaire de complicité de vol, le jeune Fousseyni Ouattara de Missira, a été enfin conduit hier jeudi à sa dernière demeure. Il a été accompagné par ses parents amis et connaissances dans une atmosphère de grande d’émotion.
Jamais, les circonstances réelles de sa mort brutales n’ont pu être éclairées.
En son temps le syndicat de la Police Nationale (SPN) dont des dirigeants sont actuellement aux arrêts, s’était farouchement opposé à la décision rogatoire du procureur de république du Tribunal de première Instance de la commune II autorisant l’autopsie du défunt Fousseyni. Des menaces de mort ont été adressées au médecin chargé du dossier. On sait bien que la mort douteuse de Fousseyni est intervenue entre les locaux du commissariat du 3e arrondissement et l’Hôpital Gabriel Touré. Cette affaire avait fait couler beaucoup de salive au sein de la police nationale. Mais le directeur générale de la Police Nationale d’alors Ouodjouma Koné a révélé toute son irresponsabilité et son manque autorité à gérer ce problème qui  mettait en caisse l’image de la famille policière. Aujourd’hui que ce dernier est limogé pour incompétence, n’est- il pas temps que justice soit faite et que cette affaire soit tirée au clair pour le repos de l’âme du défunt dont le corps était gardé à la morgue du centre Odonto Stomatologie. Trop tard vaut mieux que jamais, c’est pourquoi il est du devoir des autorités qui sont aux commandes  de diligenter cette affaire et de punir les auteurs de cette bavure policière synonyme de crime odieux.
L’ouverture de ce dossier permettra non seulement de blanchir les non fautifs mais aussi de souligner les familles du défunt. Durant des longs mois la famille du défunt incapable de connaître la réalité a su contenir son amertume et son angoisse en se confiance à la volonté du Miséricorde Dieu.
Puisse le cas de Ouattara Fousseyni serve d’occasion pour les autorités pour  réduire les bavures au sein des forces de sécurité du Mali.
Jean GOITA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *