Banditisme ou criminalité : Deux individus appréhendés dans une tentative de vaccination forcée aux enfants à Kanadjiguila

Selon des informations non officielles, certains individus auraient été pris Kanadjiguila entrain de vouloir administrer par force des injections douteuses aux enfants. Grâce à la vigilance des parents et les riverains, ces individus ont été arrêtés par la police pour les besoins d’enquêtes.

 

La petite fille, Fatoumata Soumaré, c’est d’elle qu’il s’agit, est la victime de cette injection qu’a voulu administrer les inconnus. Heureusement, la vigilance des riverains a pu faire déjouer le plan macabre de ces personnes malintentionnées.

Selon le récit, la fillette a été attrapée par deux (2) hommes pour lui injecter un vaccin inconnu sans l’aval d’aucun de ses parents. Après des cris de la jeune fille, le jeune garçon, son frère a réussi à s’échapper pour informer la dame Fanta qui par la suite interrogea les 2 hommes qui disaient être des contrôleurs de marchandises. Contrôleurs de marchandises avec les enfants, c’est l’incompréhension totale.

Dans la tentative des deux hommes à s’échapper, les jeunes du quartier kanadjiguila et le frère de Fanta, selon les témoignages, réussiront à attraper ces deux (2) hommes dans leur fuite sur une moto.

Appréhendés, ils ont été conduits à la gendarmerie de la localité » Oeinzin, qui a découvert des seringues et vaccins pour bovins et d’autres substances inconnues dans des bouteilles…

La brigade de gendarmerie a aussitôt renvoyé l’affaire à la brigade recherche du Camp 1 de Bamako où les 2 hommes sont actuellement, selon les témoignages sur les réseaux sociaux.

L’enfant a été conduit à l’infirmerie le plus proche pour une prise en charge rapide afin de connaître le type de vaccin injecté à l’enfant.

Selon une autre source, un 3ème  homme aurait été aussi appréhendé et conduit à la même brigade de Oueinzin pour les mêmes faits dans un quartier proche de Kanadjiguila

Cet incident tombe à pic au moment où des voix se lèvent pour condamner les propos racistes d’un médecin français qui annonçait des essais cliniques du vaccin BCG  sur les africains. Beaucoup de choses sont dites concernant le Mali, mais le président de la République avait tenu à démentir l’accord du Mali pour ses essais. Pour le moment, la population attend fermement les conclusions de la police.

Mais une chose est sûre, des individus ne peuvent au nom de leur propre chef prendre l’initiative de tester les vaccins sur des enfants innocents. Il urge que le gouvernement fasse la lumière sur cette affaire.

Komi

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *