Banditisme foncier à Faladié : Quand Modibo Yara souille le nom d’IBK

 ibrahim boubacar keita ibk rpm election presidentielle 2013 abidjan yamoussoukro daloa bouake

Incroyable mais vrai ! Depuis quelques jours, les mécaniciens et les ouvriers des gros camions installés dans le parking des gros porteurs sis à Faladié au niveau du carrefour du ‘’Gouverneur’’, non loin de l’ex Blomban, vivent le cauchemar de leur vie. Pour cause, un jeune opérateur économique vèreux, un certain Modibo Yara, ‘pétrolier’, qui se promène avec le nom d’IBK. Il est allé saccager, sans préavis, les lieux de travail d’autrui avec un prétendu titre foncier qu’il a obtenu sur un patrimoine national. Comme si cela ne suffisait pas, il hurle sur tous les toits que c’est eux les Djokarame qui ont financé la campagne d’IBK. Pour cela l’impunité leur serait assurée.

A Faladié-Banankabougou, le ‘Ibkamania’ fait rage et le syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali « Synacor » est sur le pied de guerre !

De quoi s’agit-il ?
Le vendredi 15 novembre dernier, très tôt le matin, deux pick-up de la garde nationale  lourdement armés, ont fait irruption au niveau des garages situés dans la cour du parking, selon les témoins. Aussitôt, un bulldozer démolit tout et arrache même les  pieds d’arbre; seule la mosquée a été épargnée.  Le tout s’est déroulé sous l’œil impuissant des populations. Avec ce coup de bulldozer, des dizaines de chefs de famille ont été laissés dans le désarroi   total et sans un sou. Parce que le tout puissant Yara veut construire un manoir jusqu’à  l’emprise de l’avenue OUA, sous le fallacieux prétexte qu’il est au pouvoir.

« Le vendredi matin,  j’ai quitté ma maison pour le boulot. A ma grande surprise, je me vois interdit d’accès dans mon garage par les forces de l’ordre et je vois que le bulldozer est entrain de casser tous mes matériels. Très anxieux, je n’en revenais pas. J’ai voulu vite savoir que s’est il passé.  Et j’ai eu la confirmation que c’est sur demande de Modibo Yara  que nous devons vider le coin sans délai. Un endroit  que nous occupons depuis 1984 et cette zone fait partie du parking des gros porteurs dont le comité de gestion nous reconnaît le droit d’installation », a expliqué Drissa Diarra, garagiste. Selon lui, Modibo Yara n’est pas à sa  première tentative de déguerpissement.

En fait, selon ses explications, c’est Djibi Yattaye qui avait tenté de s’accaparer de ce domaine d’utilité publique dans un premier temps. Après plusieurs tentatives  avortées, il  aurait cédé le faux document à son propre fils, Mama Djibi Yattasaye qui, à son tour, a vendu  le controversé TF à Modibo Yara, un homme qui a mauvaise presse.

En 2011, sous ATT,  Modibo Yara, avec la complicité d’un haut gradé de la police nationale,  avait tenté de déguerpir les garagistes et de construire un immeuble et prolonger sa station d’essence. L’usage de la force échoué,  il entama un feuilleton judiciaire pour lequel il fut débouté  au profit de la partie adverse, selon nos sources. Ce qui n’est pas faux, parce que les  garagistes et les autres travailleurs ont repris les lieux.

A en croire notre interlocuteur, le rebondissement de cette affaire quelques mois après l’installation du Président Ibrahim Boubacar Keita à Koulouba, serait dû au fait que cette  bande (Yara et Yattasaye) de mafia foncière de Bamako se réclame des proches d’IBK. A l’annonce de la victoire d’IBK, au soir du 11 aout 2013, Djibi Yattasaye aurait organisé une grande invitation en immolant des bœufs pour arroser la victoire. Des lors, lui et sa bande se sont lancés dans un trafic d’influence sans pareil.  Raison pour laquelle ils auront induit en erreur le procureur Djeneba Sidibé lui présentant une fausse grosse de justice montée de toute pièce et jugée sans la partie adverse, ajoute notre source.

Aujourd’hui, Modibo Yara et sa bande sont parvenus à quadriller les lieux avec des éléments de la garde nationale. Comme si cela ne suffisait pas, il continue de profèrer des insanités à qui veut l’entendre ‘’on a financé la campagne d’IBK, aujourd’hui nous sommes au pouvoir. La preuve, un de nos parents Djokaramé, Bathily, est nommé ministre de la justice. Patati patata’’. Une manière de gâter le nom des honnêtes citoyens.

De l’autre coté, le secrétaire administratif du « Synacor », M. Adama Guindo, s’est dit serein et appelle ses militants au calme. ‘’ Ce qui vient de se passer, on l’a vu comme vous tous. Sans avertissement comme on le constate. Comment on peut se lever et venir démolir les biens des gens dans un Etat de droit ? Nul n’est au-dessus de la loi. Ce parking des gros camions fait partie du patrimoine national. Il nous a été affecté en 1983 par le général  Moussa Traoré avec tous les documents à l’appui pour servir de parking pour les camions. Comment un particulier peut se procurer d’un titre foncier dans un domaine public ? Qui le lui a donné ? Et pourquoi ?  On ne va rien précipiter et nous allons saisir qui de droit pour tirer au clair cette affaire. Nous n’allons pas tomber ni dans le chantage, ni le trafic d’influence ’’ a conclu M. Guindo.

Cette situation, surtout avec la présence des forces de l’ordre, semble remonter les notables et les populations riverains contre toute réalisation de station d’essence ou autres équipements sur les dits lieux. L’incendie provoqué par un camion citerne la semaine dernière à Banankabougou, au niveau de Bollée, aurait  mis aujourd’hui les populations de Faladié et Banankabougou sur le qui-vive. Ces indélicatesses de la part d’opportunistes de classe exceptionnelle souillent non seulement le nom et la réputation du président IBK, mais peuvent être dangereuses pour la cohabitation sociale à un certain niveau.

Les autorités sont donc vivement interpellées face à ce bras de fer entre transporteurs et un particulier, mais aussi et surtout face à la problématique du stationnement des gros engins dans la ville. Le seul parking aménagé à cet effet pour les routiers et les ouvriers est entrain d’être  morcelé comme du petit pain par des bandits fonciers avec la complicité de certains agents vèreux de l’Etat. Avec l’urbanisation galopante, l’Etat doit s’impliquer.  Pour l’instant,  les populations attendent de pied ferme Modibo Yara et ses complices. Et toutes nos tentatives pour entrer en contact avec Yara sont restées vaines. Idem pour les différentes parties impliquées.   A suivre…

 

 

Source: L’Enquêteur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *