ATTAQUE DU DOMICILE DES KONARE : Deux assaillants condamnés à 20 ans

Daouda Kéita, carreleur, et Bréhima Diallo, un soldat de 1re classe en service l’état-major général des armées et âgé de 25 ans, ont écopé de 20 ans de prison pour association de malfaiteurs et vol qualifié liés à l’attaque du domicile de l’ancien chef de l’Etat du Mali.

ALPHA OUMAR KONARE ANCIEN PRESIDENT MALIEN

Le dossier dit attaque du domicile d’Alpha Oumar Konaré, ancien président de la République du Mali, a été jugé vendredi dernier. Ce jugement était très attendu par les habitués de la salle d’audience Boubacar Sidibé. Mais, à l’arrivée, la montagne n’aura accouché que d’une toute petite souris.

Vendredi aux environs de 16 h, soit après 4 h de débats, le tribunal a condamné Daouda Kéita et Bréhima Diallo (soldat de 1re classe) à 20 ans de prison chacun pour association de malfaiteurs et vol qualifié. Leurs deux autres présumés complices, Fadaba Kéita et Lassine Camara, ont été relaxés, faute de preuve.

Les faits : dans la nuit du 5 avril 2014, aux environs de 4 h du matin, la résidence de l’ancien président de la République Alpha Oumar Konaré fut l’objet d’une attaque par des individus armés.

La bande, composée de Moussa Traoré (mort sur les lieux de l’attaque), Daouda Kéita, Brahima Diallo, Fadaba Kéita et Lamine Camara, s’attaque aux installations électriques, précisément le câble principal servant à alimenter en électricité le bâtiment principal et les locaux des agents chargés de la sécurisé.

Le câble a été coupé, plongeant toute la résidence dans l’obscurité, car le groupe électrogène n’a pu prendre le relais. Cette anomalie intriguera les agents de sécurité qui se mirent immédiatement à faire la ronde. Derrière un des murs, ils ont entendu un bruit inhabituel.

L’agent de sécurité qui se dirigeait vers ce mur, essuiera des coups de feu. Il a riposté et touchera un des assaillants tombé à l’intérieur du bâtiment. Il s’agit de Moussa Traoré.

Les autres sont arrivés à s’enfuir en laissant le câble qu’ils avaient sectionné. Après avoir fouillé le corps du défunt, les agents ont constaté qu’il se nommait Moussa Traoré. Ensuite, ils retrouvent sur lui un téléphone portable dont l’exploitation permettra d’interpeller le nommé Daouda Kéita. Interrogé par les enquêteurs, Daouda a reconnu avoir pris part au vol et dénoncera les autres complices : Brahima Diallo, Fadaba Kéita et Lamine Camara. Interpelés par les enquêteurs, ils vont tous nier leur participation au vol.

Cependant, les explications données par Daouda à l’enquête préliminaire sur leur mode opératoire correspondaient à ce qui s’est passé sur le terrain. Placés sous mandat de dépôt depuis le 15 avril 2014, ils sont accusés d’association de malfaiteurs et de vol qualifié.

Au cours de l’interrogatoire à la barre vendredi dernier, le ministère public dont le banc était occupé Zantigui Traoré, a mis en lambeaux les arguments des accusés qui voulaient faire croire en leur innocence.

La Cour, présidée par Ibrahim Konta, a suivi le réquisitoire du ministère public. Elle a retenu dans les liens de la culpabilité Daouda Kéita et Bréhima Diallo malgré des circonstances atténuantes. Après délibération, ils ont été condamnés à 20 ans de prison. Fadaba Kéita et Lamine Camara ont été acquittés, faute de preuves suffisantes.

Lamine Kané

 

Source: leschos

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *