ACCUSÉS DE « FAUX, USAGE DE FAUX ET ESCROQUERIE » ALIOU ET MOHAMED ÉCOPENT DE 4 ANS DE PRISON, ET LE RESTE DE LA BANDE A 10 ANS PAR CONTUMACE

La Cour d’Assises, dans son audition du Mardi 15 septembre 2020, a tranché une affaire « faux, usages de faux et escroquerie ». Les deux accusés ont été déclarés coupables et condamnés à 4 ans de prison ferme malgré les circonstances atténuantes.

 

Le 08 Mars 2017 le Caissier Principal de AZALAI Grand-Hôtel, présenta au paiement à la Banque Of Africa BOA un chèque de 7.500.000 FCFA émis par AZALAI Hôtel Salam et libellé au nom de la Centrale d’Achat et de Distribution (CAD). Le chèque porte le nom de Kadi COUMA. Ce qui amena la banque à demander confirmation du chèque avant paiement au Directeur Financier du Groupe AZALAI Hôtels nommé ASSANI Mohamed Kaamil, conformément à leur convention pour tout paiement au-delà de cinq millions de francs CFA (5.000.000 FCFA).

Des investigations menées par le Directeur Financier permirent de découvrir que le chèque concerné fut déjà l’objet d’annulation par la comptabilité d’AZALAI Hôtel Salam. Le porteur du Chèque incriminé, est Aliou Abdoulaye Touré qui était en congé annuel au moment des faits. Il fut invité à s’expliquer devant le Directeur Financier sur l’opération frauduleuse portant sur le chèque de AZALAI Hôtel Salam, laquelle structure est différente d’AZALAÍ Grand-Hôtel où il servait comme caissier Principal.

Ainsi M. TOURE révéla avoir reçu le chèque du Chef Comptable de AZALAI Grand-Hôtel en la personne de Mohamed CHABANE qui à son tour, avoua l’avoir reçu de El hadji Ibrahim Adama COULIBALY, Assistant Chef Comptable de AZALAI Hôtel Salam. Une fois informée de cette malveillance, la Direction Générale de la Société Générale d’Hôtellerie SA (SGH-SA) propriétaire du Groupe AZALAI Hôtels, décida de procéder à l’audit de l’ensemble du système d’encaissement et de décaissement de la société. Cet audit mis à jour un réseau de gestion comptable et financière, basé sur la corruption, du « faux et usage de faux » ou autres fraudes, de détournement, de vol des fonds de l’entreprise. Au regard de ce constat, la Société Générale d’Hôtellerie SASGH-SA) porta plainte et une enquête fut ouverte à la Brigade d’investigations Judiciaires à la suite de laquelle les inculpés ci-dessus nommés furent poursuivis puis traduits devant le Magistrat Instructeur pour les interactions de « faux et usages de faux, escroquerie, abus de confiance et vol ».

A la barre, le premier accusé dira : « à chaque versement si je dois verser 5 millions, je verse 3 millions et on partage les 2 millions et je reconnais les faux mais j’étais en combine avec mes supérieurs hiérarchiques ».

Quant au deuxième accusé : « je justifie ce fait par ma naïveté. Je ne reconnais pas les problèmes (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MERCREDI 16 SEPTEMBRE 2020

Gaoussou TANGARA

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *