Eventuelle libération du capitaine général Amadou Haya Sanogo » Le Procureur général Daniel Tessougué réagit et dément

Hier, aux environs de 9 heures, nous avons reçu un coup de fil du procureur général Daniel Tessougué qui a exprimé son indignation à la suite de notre article du vendredi 21 novembre se rapportant aux  » rumeurs d’une éventuelle libération du Général Amadou Haya Sanogo « . Cette information faisant  » suite à la visite que le procureur général aurait effectuée à Sélingué  » auprès du prisonnier le plus célèbre du Mali, l’ancien chef des putschistes du 22 mars 2012, le capitaine bombardé général Amadou Haya Sanogo. Au cours de l’entretien téléphonique, le procureur a même parlé  » de poursuites judiciaires  » qu’il pourrait engager contre les auteurs d’un tel article qui, apparemment, selon lui, pourrait avoir un caractère séditieux.

Daniel Tessougu

 

De notre côté, nous avons rassuré le procureur de notre bonne foi car il nous a toujours informé chaque fois qu’on a eu l’occasion de l’avoir au téléphone. Cela n’a pas été le cas, le jeudi dernier, quand nous avons tenté de le joindre pour qu’il donne les raisons de sa (présumée) visite à Sélingué. Face à cette situation et compte tenu du fait que la rumeur s’amplifiait, nous avons alors relayé, en prenant les précautions d’usage, l’information qui circulait en ville relative à un  » deal  » qui serait en voie d’être concocté pour «  une éventuelle libération du capitaine-général Amadou Haya Sanogo » dont les mains sont supposées entachées du sang des 21 bérets rouges découverts dans une fosse commune à Diago et des bérets verts, au nombre desquels le Colonel Youssouf Traoré dont le corps a été retrouvé en pièces dans une villa à Kati qui appartiendrait au même Sanogo.

C’est l’intérêt que suscite ce dossier pour le peuple malien, dans lequel sont incriminés des assassins présumés, qui explique les appréhensions des citoyens qui voient, de plus en plus, ses préoccupations en matière de justice mises sous le boisseau. Nous avons donc présenté nos excuses au procureur général s’il s’est senti «  accusé à tort « , ce qui, d’ailleurs, n’apparait nulle part dans notre papier. Nous rappelons également que la Cour pénale internationale (CPI) et les démocrates maliens suivent de très près ce dossier. A ce niveau, il n’y a donc aucun risque que des personnes accusées  » d’assassinat et de complicité d’assassinat  » puissent échapper aux  griffes de la justice. En tout cas, c’est le silence entretenu sur la question de ces crimes abominables qui est source de toutes ces incompréhensions. Une omerta qui couvre également d’un linceul noir l’affaire de l’avion présidentiel et le fameux contrat de matériels militaires.

Les Maliens ont besoin de savoir quelle est l’évolution de ce dossier dans lequel des personnalités sont suspectées de  » détournement et complicité de détournement de fonds publics par l’engagement irrégulier des finances publiques ; d’utilisation frauduleuse et de détournement de deniers publics d’un montant de 9 350 120 750 FCFA ; de délit de favoritisme ; de faux et usage de faux ; de trafic d’influence ; de fraudes fiscales portant sur le non-paiement des droits d’enregistrement

et des redevances de régulation, en l’absence de toute autorisation

légale d’exemption « , selon le Vérificateur Général. Ce sont là, assurément, des préoccupations majeures pour  nos compatriotes et qui attendent que le procureur général les informe afin d’éviter que des rumeurs ne circulent en ville.

 

Mamadou FOFANA

SOURCE: L’Indépendant  du   25 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.