« Être une femme malienne au 21e siècle » : le livre qui libère la parole féminine au Mali

Écrit à 10 mains, Être une femme malienne au XXIe siècle est un livre qui nous invite à constater l’évidence : que le monde évolue trop vite, et que les femmes d’aujourd’hui ne peuvent plus vivre comme avant.

 

« J’ai donc décidé d’être désormais une féministe africaine heureuse, qui ne déteste pas les hommes, qui aime mettre du brillant à lèvres et des talons hauts pour son plaisir, non pour séduire les hommes ». Cette citation, attribuée à l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, semble résumer les ambitions des auteures du livre Être une femme malienne au XXIe siècle (Mali Culture, Éditions, décembre 2019), coordonné par Dia Yaye Sacko.  De quoi rassurer certains hommes pour qui féminisme rime avec guerre des sexes.

La femme malienne du 21e siècle, que veut promouvoir ce livre lancé le 5 décembre dernier, est celle qui refuse la conception traditionnelle qui veut qu’une femme soit soumise et accepte toutes les souffrances pour garantir la « baraka », la bénédiction de sa descendance. « Vu ce que subissaient nos mères comme souffrance dans leur foyer, nous allions avoir tant de baraka que nous allions dominer le monde. Mais hélas, nous dépendons plus que jamais du reste du monde », écrit Salimata Togora dans son texte Femme malienne, une coupable en sursis, citant un défenseur des droits de l’homme. « La femme malienne du 21e siècle est celle qui doit savoir dire ‘stop’ lorsque sa dignité, son intégrité, son amour-propre et son bien-être plus généralement est mis à mal », ajoute Néné Keita, dont le texte faisant partie du recueil est intitulé Nous y voilà — le 21e siècle et ses bouleversements.

Une femme qui libère sa parole

Cette femme, qui ose dire non quand il le faut, refuse aussi d’être cantonnée au rôle de mère au foyer, et veut être une actrice à  part entière dans sa communauté et son pays. Elle veut travailler, gagner de l’argent et ne plus dépendre entièrement de son mari. Enfin, et c’est très important, la femme malienne veut participer à la gestion de la cité. « La femme malienne du 21e siècle doit profiter de la libération de la parole féminine pour oser s’exprimer, s’affirmer et se positionner sur les maux qui gangrènent notre société. Pour améliorer notre condition, il nous faut une certaine représentativité. Ainsi, nous ne serons plus des spectatrices voire des victimes ; nous serons des actrices de notre existence », écrit pour sa part Dina Malick Sow dans La femme malienne du XXIe siècle revisite le féminisme.

Les idées exprimées dans ce petit livre de 73 pages sont à l’image de ses auteures. Ce sont des femmes maliennes instruites, qui travaillent et qui voyagent, qui connaissent la situation des femmes d’ici et d’ailleurs et qui militent pour faire bouger les lignes. Elles nous invitent à constater l’évidence : que le monde évolue trop vite, et que les femmes maliennes ne peuvent plus vivre comme vivaient leurs grands-mères. Dans cet ouvrage collectif, Femme libre, te défaire du regard de la société de Mame Diarra Diop et Le don de soi de Aïssata Sanogo sont aussi des textes à découvrir.

Source : benbere

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *