Menacée de disparition… La ville de Diafarabé reste à la merci des eaux et de l’érosion

Il y a cela quelques années, l’on scandait que la ville historique de Diafarabé est sauvée. Puisque le Président de la République, Amadou Toumani Touré avait décidé de construire ses berges gage d’un sauvetage. Force est de constater que la ville est de nos jours, loin d’être sauvée. Puisque l’Entreprise chargée de réaliser les travaux d’ouvrage peine à mener à terme le contrat.

vallee Sourou bassin fleuve rivieres marigo

La menace de disparition de Diafarabé par des eaux et l’érosion se précise. Et le risque est énorme. Pour l’heure, la population doit encore louer  Allah pourvu que le fleuve n’enregistre une grande crue. Surtout quand on sait que les eaux de pluies de ces deux dernières ont dépassé la moyenne dans la zone.

Il  faut rappeler que Diafarabé est à la fois la capitale du poisson et du lait. Porte d’entrée du royaume peulh du Macina, Diafarabé joue un rôle très important dans l’économie malienne. Au-delà du poisson et du lait, Diafarabé est également un point focal de la COMANAV mais aussi le début d’une véritable mer intérieure qui couvrent la presque totalité du cercle de Tenenkou à travers le bras Diaka qui arrose la zone inondée du Macina.

La disparition de Diafarabé ne sera pas sans conséquence pour la région de Mopti et surtout pour une partie de l’histoire même du Mali. Puisque Diafarabé est le cadre d’un patrimoine mondial culturel, notamment la traversée des bœufs à laquelle participent presque tous des pays de tous les continents.

L’on se demande cependant où se situe le blocage. Tantôt, on parle de décaissement d’argent, tantôt de problème de machine. Ce qui est évident, c’est que l’entreprise en question n’a pas le matériel adéquat pour l’exécution des travaux. Car, celles qui se trouvent sur le chantier, sont tout simplement vétustes.

Sur place, mêmes les travaux préliminaires n’ont pas été exécutés. Du coup, la menace de disparition est toujours d’actualité.

Alors, les autorités nationales sont plus que jamais interpellées sur la question. Surtout quand on sait que la construction de la route Macina-Diafarabé a été relancée courant 2016 par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita.

Mouna Faskoye

Source : La Foudre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *