16ème Edition de la Quinzaine de l’Environnement : ONG SECO et ses partenaires s’intéresse à l’assainissement urbain

Dans le cadre de la quinzaine de l’environnement, la DNACPN (Direction Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances) en partenariat avec SECO-ONG (Secrétariat de Concertation des ONG du Mali) a organisé, le mercredi le 10 juin 2015 au Parc National de Bamako, une conférence débat sous le thème « la Loi sur les sachets plastiques assainissement urbain, rôles, responsables des GIE ».

 journée mondiale quinzaine environnement ecologie

L’ouverture de cette conférence, était présidée par la représentante du ministre de l’environnement, de l’assainissement  et du développement durable Mme Diallo Salimata Ouattara qui avait à ses côtés le secrétaire général de SECO-ONG M. Sidiki Dembélé ; le Directeur de National de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances M. Mahamadou Kaya ; le Directeur exécutif de SECO-ONG M. Mori Moussa Konaté et plusieurs autres invités  de marques. Il s’agit à travers cette conférence débat d’informer et sensibiliser les acteurs sur les impacts liés aux sachets plastiques, les problématiques liées à leur collecte, leur traitement, leur recyclage, les types de sachets visés par la Loi, les actions menées et envisagées par rapport à l’application de la Loi sur l’interdiction entre autres.

En effet, l’utilisation des sachets plastiques est très fréquente dans notre vie quotidienne. D’autant qu’elle a des conséquences négatives sur l’environnement et du coup sur la santé publique. Ainsi, selon M. Mamadou Kaya, Il est indéniable que le plastique offre des avantages. « Il est légé, flexible, soudable, imperméable, imprimable, recyclable, réutilisable…mais il crée malheureusement une pollution visuelle à long terme en cas d’abandon dans la nature, favorise l’obstruction des réseaux d’évacuation des eaux pluviales, provoque la mort de nos animaux et entraine la baise des rendements agricoles »

Pour la représentante du ministre Mme Diallo Salimata Ouattara, l’interdiction des sacs plastiques non biodégradables ne peut se faire qu’avec l’appui de tous les acteurs publics et privés, sociétés civiles, consommateurs. C’est face à tous ces effets néfastes sur la nature, la santé humaine et animale que le gouvernement du Mali a adopté la Loi N°2014-024 du 3 juillet 2014 portant interdiction de la production, de l’importation et de la commercialisation des sachets plastiques non biodégradables et son décret d’application N°2014-0595/P-RM du 31 juillet 2014. Pour le Directeur Exécutif de SECO-ONG M. Mori Moussa Konaté, conformément à sa mission d’influence de politique, le SECO-ONG avec ses partenaires ( DNACPN, PNUD,PMF/FEM et GIZ) a élaboré un document de stratégie de plaidoyer pour l’amélioration de la gestion des déchets plastiques au Mali qui vise sur le plan national et local  entre autres : à diminuer la production de sachets plastiques par la diminution de son utilisation par les populations ; à promouvoir la consommation des produits des recyclages et une politique plus souple de taxation de ces produits ; à amener les élus locaux à développer des activités de collecte et stockage des déchets plastiques ; à promouvoir la consommation de produits de recyclage de déchets plastiques dans la commune et enfin à amener les GIE de ramassage à adopter le trie des déchets à la source.

Mountaga DIAKITE

source : L Agora

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.