Entreprenariat: le combat du Club 66

Mis en place par Abou DIARRASSOUBA, le Club 66 œuvre pour la promotion des valeurs relatives à l’entreprenariat, à l’amélioration de l’employabilité de ses membres, à la matérialisation d’une solidarité agissante entre ses membres, à la participation à l’éducation et la formation de ses membres et leurs enfants.

Après un séjour aux États-Unis et dans plusieurs autres pays développés, M. DIARRASSOUBA a constaté l’accroissement du chômage et a relevé les difficultés du pays à absorber ce flot ininterrompu de jeunes chômeurs. Aussi, scandalisé par ‘’le drame de la méditerranée’’, ces jeunes qui meurent par absence de perspectives et pour lesquels les politiques de l’État sont défaillantes, il a souhaité entreprendre pour offrir une alternative à ceux qui partent à l’aventure.

Face à ce constat, notre compatriote a décidé de jouer sa partition avec la mise en place de Mouvements de création d’emploi ou d’activités génératrices de revenus avec pour ambition d’apporter assistance des nécessiteux afin de changer de leurs vies.

L’ambition de Abou DIARRASSOUBA se résume comme suit : créer 9600 emplois par an ; mettre à la disposition de 9 600 personnes un capital de démarrage d’un million de FCFA ; fournir une assurance à l’ensemble des adhérents pour faire face aux accidents et aux décès (du citoyen ou de ses ayants droit) ; financer chaque année 200 bourses de formation professionnelle dans le supérieur, un service d’une valeur d’un million par citoyen soutenu ; attribuer 1 150 parcelles viabilisées ; aider 200 personnes à effectuer le pèlerinage à la Mecque ; prendre en charge la scolarité annuelle d’un enfant pour l’école fondamentale, au sein du réseau des écoles du club 66.

Les principes qui gouvernent l’attribution d’avantages du club aux membres consistent en la combinaison de deux paramètres, à savoir l’ancienneté et les centres d’intérêt. Ces deux paramètres ont pour objectifs de générer plus d’équité. Cependant, avant de bénéficier des services du Club, un temps de latence de 6 mois existe entre le paiement de l’inscription et l’attribution des avantages de base.

« Les véritables problèmes auxquels sont confrontés les jeunes désireux d’entreprendre ont pour origine l’obtention de financement. Le Club 66 souhaite rendre disponible, à titre gracieux, une subvention au titre du capital d’amorçage d’un million de francs CFA. Cette mesure concernera, chaque semaine, 200 jeunes candidats-entrepreneurs. Soit près de 800 jeunes financés tous les mois. Après que le comité ait décidé de financer un jeune entrepreneur, le club prévoit de lui fournir 3 éléments déterminants dans le succès d’une entreprise : (La formation, le conseil, les prestations de suivi-évaluation) », a affirmé l’initiateur du Club 66.

PAR MODIBO KONE

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *