ENSUP : La 5ème Session du conseil d’administration recommande le renforcement des capacités

La salle des professeurs de l’Ecole Normale Supérieure (ENSUP) a servi de cadre pour la 5ème session de son conseil d’administration. C’était le jeudi 28 mars dernier, sous la présidence du représentant du Ministre de l’éducation nationale, Professeur Mansa Makan Diabaté, qui avait à ses côtés, le Directeur Général par intérim de l’ENSUP, Professeur Diola Konaté ainsi que les administrateurs.

À l’entame de son discours luminaire, le professeur Diabaté a fait un rappel historique de la création de l’ENSUP et les missions qui lui sont assignées. À l’en croire, l’ENSUP a vu le jour en 1963. ‘’Les missions de l’école normale supérieure ont été redéfinies en 2000 et en 2010 suivant l’ordonnance N 10-026/PRM du 04 Août 2010, pour prendre en compte la création de l’Université de Bamako et la nécessaire évolution de ses statuts au regard de ce nouveau contexte Universitaire, en rapport aux changements plus généraux consécutifs à la décentralisation. La loi N° 2012-044 du 16 novembre 2012 a modifié cette ordonnance. En effet, conformément à la loi N 2012-044 du 16 Novembre 2012, l’ENSUP fut érigée en établissement public à caractère scientifique, technologique et culturel (EPSTC), dotée de la personnalité morale et l’autonomie financière. Son organisation et ses modalités de fonctionnement sont régies par le Décret N 10-523/PRM du 21 septembre 2010’’, dira-t-il.
Selon lui, les ressources humaines de l’ENSUP se composent du personnel enseignant permanent, au nombre de 120 dont 10 professeurs de rang A, du personnel technique et administratif (52 agents) et du personnel contractuel.

Par ailleurs, l’adoption du rapport d’activités 2017-2018 du Directeur Général, l’approbation du Budget 2019 de l’ENSUP, l’adoption du plan stratégique étaient et les divers étaient à l’ordre du jour.

En effet, pour l’année universitaire 2018-2019, l’Ecole normale supérieure, parallèlement à sa mission de formation professionnelle initiale, se propose de: Améliorer la performance du service de la formation continue, soutenir les actions du centre FOADEL, relancer le projet campus rive gauche, redynamiser le projet Mali- Maths, renforcer le cadre partenarial existant pour une plus grande visibilité des actions académique et pédagogiques et de poursuivre l’élan de réhabilitation physique amorcé afin de rendre agréable le cadre d’apprentissage.

Daouda Siaka Ballo

LE CONFIDENT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *