En « chômage » depuis plus de trois mois : Le personnel de la Clinique Pasteur demande aux autorités sa réouverture

A travers une conférence de presse qu’ils ont animée à la Maison de la Presse le vendredi 6 février dernier, les travailleurs de la Clinique Pasteur, à travers leur comté syndical, ont demandé aux autorités la réouverture de leur structure, fermée depuis trois mois après la prise en charge d’un patient guinéen malade d’Ebola. Cette conférence était animée par Dr Souhel Haidara, secrétaire général du comité syndical du personnel de la Polyclinique Pasteur. Il avait à ses cotés, Dr Hamed Pierre Touré, Mme Dembélé Fatoumata, membres du comité syndical et Doudou Diarra, représentant de l’UNTM.

clinique pasteur hopital ebola agent securite police nationale malienne

Pour rappel, il y a quelques mois, la Polyclinique Pasteur avait fait la prise en charge d’un vieux patient venu de la Guinée-Conakry où la fièvre hémorragique à virus Ebola faisait des ravages.

Le patient guinéen perdra la vie. Avant que deux agents de cette clinique, un médecin et un jeune infirmier, contaminés lors de la prise en charge du malade décèdent des suites de cette maladie.

Face à cette situation, le gouvernement du Mali, à travers le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a décidé de fermer cette clinique pour qu’une enquête soit ouverte afin de situer les responsabilités dans cette affaire.

A noter que la direction de cette clinique est accusée d’avoir introduit cette maladie au Mali pour avoir envoyé une ambulance chercher le patient guinéen à Kourémalé. Une thèse démentie formellement par le comité syndical du personnel lors de la conférence de presse le vendredi dernier.

D’entrée de jeu, Dr Souhel Haidara expliquera que comme toute autre structure médicale, la polyclinique Pasteur  fait des consultations et des hospitalisations. D’ailleurs, selon lui, elle était l’un des leaders en la matière au Mali jusqu’à ce qu’advienne l’incident lié à l’hospitalisation d’un patient malade d’Ebola.

A l’en croire, à la suite de cet incident malheureux où la clinique a perdu deux agents, le personnel est jeté en pâture avec de nombreuses conséquences. Au nombre desquelles, des tentatives de lynchage, de divorce, de distensions dans les relations, des conflits avec le voisinage…

« Comme si cela ne suffisait pas, on nous prive aussi de quoi nourrir nos familles, une situation qui détruira totalement la stabilité dans nos foyers respectifs », regrette Dr Souhel Haidara.

Qui poursuit que le personnel de la Clinique Pasteur a été le premier à regretter l’arrivée de ce patient au Mali et dans leur structure. Aussi, qu’avant l’arrivée d’Ebola, la Clinique Pasteur fait partie des premières structures à prendre des dispositions anti Ebola.

Selon lui, la fermeture de la clinique Pasteur est difficilement compréhensible car cela prive des milliers de patients d’accès aux soins à travers Pasteur, des patients qui y ont leur dossier médical depuis une longue période. Sans compter que cela prive les employés d’exercer et de se retrouver au chômage. En plus qu’elle prive l’Etat malien d’une source de revenus assez importante.

Mme Dembélé Fatoumata, indiquera pour sa part que la fermeture de la Clinique Pasteur prive des patients des soins de santé, de traitement et d’hospitalisation.

Aussi, selon elle, cette fermeture met au chômage plus de 300 employés. Une situation qui peut entraîner ces employés et leurs familles dans une situation de détresse totale, sans ressources, ni revenus.

Au regard de tout cela, dit-elle, le personnel sollicite le gouvernement à lever la mesure conservatoire de fermeture de la Clinique Pasteur afin de permettre à ces nombreux employés de reprendre service pour le mieux être de ces milliers de patients qui ont besoin de traitement, de soins et d’hospitalisation.

A noter que la Clinique Pasteur  qui est une structure médicale créée en, 2000 à l’horizon de la CAN 2002, est une société anonyme dont le capital est détenu exclusivement par des médecins maliens.

Sa fermeture est intervenue le 11 novembre 2014 après la prise e charge d’un patient guinéen soufrant d’Ebola.

 

Georges Diarra

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.