Emploi jeunes à Mopti : L’EXEMPLE PROBANT D’HAROUNA DIALLO

La problématique de l’emploi des jeunes est un sujet préoccupant qui reste toujours d’actualité dans les pays, comme le nôtre, qui connaissent une croissance rapide de leurs populations.

Agence nationale pour l’emploi mali anpe

Cette problématique augmente la pression à laquelle ces pays sont confrontés en termes de création d’emplois. Au Mali, l’auto emploi, dont l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) fait de la promotion son credo, est une alternative crédible au chômage des jeunes.

Dans ce schéma, Harouna Diallo affectueusement appelé par les intimes « Jésus » en est une parfaite illustration. Agée de 38 ans, après les études supérieures à l’Ecole nationale d’administration (ENA) de Bamako, section sciences juridiques, Harouna Diallo « Jésus » s’est reconverti en un jeune exploitant agricole en riziculture. Vivant au quartier populaire Bougoufié de Mopti, ce peulh n’a jamais rêvé devenir fonctionnaire de l’Etat. « Etre un chef d’entreprise agricole et surtout en riziculture a toujours été mon ambition. Car, ma conviction est que l’on est mieux payé que par soi-même », raconte-t-il. C’était à l’occasion de la visite de terrain que le directeur régional de l’ANPE de Mopti, Djibrilla Kéita a effectué vendredi dernier sur le site de sa ferme sise à Diaby dans la commune rurale de Sio. Dans cette bourgade située à environ 11 km de Mopti, le jeune entrepreneur agricole exploite 32 hectares de riz en submersion contrôlée, 1 hectare en périmètre irrigué et 2,5 hectares de périmètre maraîcher pour les activités de contre saison. Comme moyens de travail, il dispose de 16 bœufs de labour, 4 charrues et une charrette. Il emploie 3 permanents et 8 saisonniers.

« L’agriculture est considérée comme un travail réservé aux gens qui n’ont jamais été à l’école. J’étais devenu la risée de mes camarades de classe chaque fois qu’ils me voyaient envoyer une partie de ma bourse pour acquérir des parcelles. Même mes amis du village se moquaient de moi quand ils ont su que je vais m’installer pour cultiver, après des années d’études. Cette perception n’a pas émoussé mes ardeurs. A la faveur des différentes formations, dont j’ai bénéficié avec les services techniques de l’Etat et des partenaires, dont l’ANPE et l’Institut d’économie rurale (IER), mes activités prospèrent. Ainsi, la mentalité et la vision de ces jeunes moqueurs qui me fréquentent ont commencé à changer. Beaucoup d’entre eux veulent travailler avec moi aujourd’hui », explique avec une mine fière Harouna Diallo.

Selon lui depuis 2003, il fréquentait le champ de riz en compagnie de son feu père. C’est à partir de 2006 après des renforcements de capacités qu’il est véritablement rentré dans la production et la commercialisation de semences sélectionnées R1 et R2 de riz G4 associé aux cultures maraîchères comme l’oignon, la tomate, le piment et autres. Diallo a choisi la production agricole et spécifiquement la semence de riz G4 sur une superficie de 16 hectares, à cause de la très forte demande sur le marché et le prix. La semence R1 du G4 se vend à 500 Fcfa le Kg. Il en produit environ 5 tonnes à l’hectare.

Harouna Diallo fait partie des nombreux jeunes formés par l’ANPE à l’entrepreneuriat jeunes, l’embouche bovine, l’aviculture, la gestion d’entreprise et la recherche d’emploi. Une multitude d’initiatives qui visent à trouver des solutions adaptées aux problèmes de chômage et de sous-emploi des jeunes à travers le développement des filières agricoles et un meilleur accès aux services financiers, aux marchés et aux technologies appropriées. En plus des formations, il a bénéficié d’un appui de 3 millions Fcfa de l’ANPE remboursable en 3 ans qui lui ont permis d’acquérir certains équipements.

Le jeune entrepreneur a des ambitions d’extension de sa ferme. Il dispose d’un habitat pour volaille à améliorer et un hangar pour l’embouche. « Dès que je disposerai d’un fonds de démarrage, ces deux activités sont mes axes d’extension. Cela me permettra d’engager plus d’ouvriers et d’augmenter mes revenus », nous a confié Harouna Diallo dit Jésus.

Pour le directeur de l’ANPE de Mopti, Djibrilla Kéita, nous avons des opportunités de création d’emplois dans le secteur de l’agriculture. Il est donc nécessaire d’encourager et d’appuyer les jeunes qui ont l’audace de s’installer dans ce créneau porteur. Si 50% des jeunes du Mali pouvaient s’investir dans l’agriculture comme Diallo, nous aurons assez à manger et dégager des excédents pour l’exportation », a souligné le directeur.

En rappel, Harouna Diallo a été récipiendaire du diplôme d’honneur de producteur individuel de l’Office Riz Mopti pour la campagne agricole 2010-2011 remis par l’ancien président de la république Amadou Toumani Touré. Il est le président du comité de gestion du casier rizicole de Tibo Mopti-sud, 1er vice président de la coordination association villageoise (AV) et des comités de gestion et le secrétaire chargé de l‘agriculture du groupement des jeunes agriculteurs de la région de Mopti.

Dramane COULIBALY

AMAP-Mopti

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *