ELEVAGE PERI URBAIN : Péril sur l’alimentation animale

Le 13 juillet dernier, 23 vaches laitières de la ferme d’Ibrahima Ndiaye à Sirakoro Méguétana sont mortes à cause de la mauvaise nourriture probablement du son en provenance de familles voisines.

elevage bovin vache laitière animaux betail

 La perte énorme de 23 vaches laitières, qui a dépassé la population de Sirakoro, est évaluée à plus de 34 millions de F CFA. Selon Ousmane Cissé de la direction nationale des services vétérinaires, qui a fait le constat, le propriétaire de la ferme, Ibrahima Ndiaye, a affirmé que les animaux étaient en parfaite santé à la veille du drame. Ils ont été foudroyés 2 heures à peine après avoir consommé du son de mil. Même les animaux qui ont picoré ce son sont morts sur le coup.

Pour M. Cissé, il s’agit d’un empoisonnement. « Le son de mil est à l’origine de cette tragédie. Ce son provient en partie de la Guinée et des familles, qui le collectent, et mélangé avec n’importe quoi pour faire du volume. Les uns et les autres ne se soucient pas de la qualité du son encore moins la santé des animaux ».

Ainsi, les non laitiers qui ont été sauvés ont dégusté le son en provenance de la Guinée et les laitières qui sont mortes ont consommé le son venu des familles. Notre interlocuteur a indiqué que des analyses sont en cours pour déterminer le poison qui est à la base de cette tragédie afin de situer les responsabilités.

Le directeur du Laboratoire central vétérinaire (LCV) a indiqué que les résultats de l’analyse sont déjà disponibles mais que seule la direction nationale des services vétérinaires est habilitée à divulguer les résultats. Visiblement, la direction n’est pas dans la logique de partager ces résultats avec le public.

PAR MLSIDIBE

Source : la Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.