Yélimané : Le lycée public menace de fermeture

Avec tous les problèmes qu’il traîne depuis des années, le lycée public de Yélimané est menacé de paralysie totale. L’insuffisance du personnel enseignant et administratif menace la survie de cette école publique du cercle de Yélimané.

Le problème le plus pressant est le manque crucial de professeurs. Présentement, le lycée n’a aucun professeur qui dispense la physique-chimie, les mathématiques, l’allemand, l’informatique, le droit, la musique, les langues nationales (sarakolé et bamanankan). Et pour cause, les professeurs qui dispensaient des cours dans ces disciplines sont tous mutés. Pire, ces derniers ne sont guère remplacés. Ils laissent un vide qui n’est pas comblé.
Il en est de même pour le personnel d’appui ou administratif, notamment l’économe, l’infirmier ou le bibliothécaire. Bref, tous ces agents de l’administration sont mutés sans qu’ils ne soient remplacés. Les parents d’élèves désemparés préfèrent transférer leurs enfants ailleurs.
C’est la débandade chaque année. Il faut rappeler qu’il y a deux ans quand le seul professeur d’économie a été muté, la série TS.Eco a dû fermer et les élèves ont été redéployés dans d’autres lycées du Mali. Par le jeu des mutations et des transferts interminables, le lycée est devenu presqu’une coquille vide. Survivra-t-il ?
Par ailleurs, cette école de l’enseignement secondaire général n’est pas le seul en danger de mort, le cercle tend à être un désert scolaire. Il manque plus de 200 enseignants au niveau fondamental et l’hémorragie continue avec 26 départs lors de la dernière mutation nationale. Il y a au moins cinq premiers cycles dans le CAP avec un seul enseignant pour six classes. Là également, la parade trouvée par certains parents est d’envoyer leurs enfants, si petits soient-ils, ailleurs à contre cœur.

Abou SISSOKO
AMAP-Yélimané

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *